Aperçus des marchés

Cours d’histoire 101 : les élections de mi-mandat aux États-Unis et les reprises boursières

Auteur : 

jeudi 20 septembre 2018

Alors qu’il reste moins de sept semaines avant les élections de mi-mandat aux États-Unis, les marchés se préparent déjà à une modification de l’équilibre des pouvoirs à Washington et à l’incidence qu’elle pourrait avoir sur les politiques intérieure et étrangère.

Au terme des élections du 6 novembre, les républicains pourraient vraisemblablement perdre le contrôle de la Chambre des représentants, un scénario qui, bien que moins probable au Sénat, entraînera un certain risque à court terme ainsi des tracas pour les investisseurs.

Cette semaine, par exemple, le site de sondages politiques et économiques réputé FiveThirtyEight estime que les démocrates ont cinq chances sur six de remporter la majorité à la Chambre.

Cours d’histoire 101 : les élections de mi-mandat aux États-Unis et les reprises boursières

Les élections de mi-mandat sont généralement considérées comme un référendum sur la performance du président et font partie d’un système de poids et de contrepoids de l’appareil politique américain. Actuellement, les républicains contrôlent les deux leviers du pouvoir au Congrès – la Chambre des représentants et le Sénat. La durée du mandat des membres de la Chambre est de deux ans; les électeurs voteront donc pour la totalité des 435 représentants en novembre. Et comme les sénateurs sont élus pour six ans, seuls 35 des 100 sièges du Sénat seront en jeu cette année.

Si les sondages se confirment et que les démocrates s’emparent de la Chambre, une majorité simple pourrait enclencher un processus de mise en accusation du président, puis un procès complet devant le Sénat. À notre avis, il s’agit là d’un scénario improbable. Nous estimons que cette tentative sera déjouée puisque la majorité des deux tiers du Sénat est nécessaire pour condamner le président. Par contre, le spectacle que constitueraient les audiences de destitution pourrait faire bien du bruit et présenter certains risques liés à l’actualité pour les marchés boursiers.

L’horizon à plus long terme semble toutefois extrêmement favorable si les tendances historiques se maintiennent. Lorsqu’on examine le rendement des marchés boursiers américains durant les années d’élections de mi-mandat (il y en a eu 17 depuis 1950), une tendance se dégage : on observe un léger ralentissement en septembre, suivi de rendements démesurés. Au cours des années d’élections de mi-mandat, l’indice S&P 500 a progressé de 14,5 % en moyenne entre la fin août et la fin mars.

Cours d’histoire 101 : les élections de mi-mandat aux États-Unis et les reprises boursièresFigure 1 : Rendement de l’indice S&P 500 dans les mois précédant et suivant les élections de mi-mandat par rapport à toutes les autres années (moyenne)

Qui plus est, un changement de pouvoir n’a pas traditionnellement eu d’incidence sur les reprises de mi-mandat. En fait, les deux seules élections de mi-mandat qui n’ont pas engendré de rendement positif jusqu’à la fin mars ont été celles où le contrôle de la Chambre ou du Sénat n’est pas passé aux mains de l’autre parti. Autrement dit, lorsque le parti du président perd des sièges au Congrès, les investisseurs ont tendance à en profiter. Les marchés se comportent généralement le mieux lorsqu’il y a une impasse à Washington. L’économie américaine tire déjà profit des politiques du président Trump qui sont avantageuses pour les entreprises, notamment la réforme fiscale, le rapatriement des bénéfices et la déréglementation. Mais elle est également menacée par les négociations commerciales en cours et le protectionnisme.

À ce stade-ci, il est difficile de savoir si les tendances historiques prévaudront. Le cas échéant, les marchés pourraient en fin de compte accueillir favorablement un contrepoids au pouvoir présidentiel.

 

 

Au sujet de La Société de Gestion AGF Limitée

ondée en 1957, La Société de Gestion AGF Limitée (AGF) est une société indépendante de gestion de placements diversifiés à l’échelle mondiale. AGF apporte de la discipline en offrant l’excellence en matière de gestion de placements par l’entremise de ses volets axés sur des activités fondamentales et quantitatives de même que sur des actifs non traditionnels et des avoirs de particuliers bien nantis, afin de procurer une expérience exceptionnelle à la clientèle. La gamme de solutions d’investissement d’AGF s’étend à l’échelle mondiale à une vaste clientèle, depuis les conseillers financiers jusqu’aux investisseurs particuliers et aux investisseurs institutionnels comprenant des caisses de retraite, des programmes d’entreprise, des fonds souverains, des fonds de dotation et des fondations.

Pour de plus amples renseignements, veuillez visiter AGF.com.

Ⓒ 2018 La Société de Gestion AGF Limitée. Tous droits réservés.

D'autres articles semblables.

Tempête à l’horizon : les marchés subissent de plein fouet les effets de l’ouragan Michael et la Fed s’attire les foudres du président

Steve Bonnyman livre son avis sur la récente volatilité qui s’est emparée des marchés sous…

Tout lire

Tarifs douaniers sur l’acier et détails épineux dans l’AEUMC

•Le ministre des Finances Bill Morneau a déclaré la semaine dernière l’imposition immédiate de droits de douane et de contingents tarifaires afin d’éviter que le marché canadien se retrouve inondé par des importations d’acier provoquées par les taxes douanières américaines. Ces « mesures de sauvegarde provisoires » (considérées comme des actions d’urgence par l’Organisation mondiale du commerce) concernent sept produits de l’acier et s’appliquent à tous les pays, notamment la Chine, mais prévoient toutefois des exemptions pour les États-Unis et le Mexique, ainsi que pour de nombreux pays en développement.

Tout lire

La fièvre qui s’est emparée du marché du cannabis pourrait-elle recréer la bulle boursière de 1999?

Les investisseurs de détail ont visiblement été pris d’un véritable engouement à la perspective de voir émerger, au cours des prochains mois, un marché mondial entièrement consacré au cannabis.

Tout lire