Aperçus des marchés

Une nouvelle entente commerciale

Auteur : 

jeudi 28 juin 2018

Les préparatifs du Brexit : pas seulement un défi pour la Grande-Bretagne

Récemment, j’ai fait partie d’un panel axé sur les préparatifs du Brexit (Preparing for Brexit Not Just a British Challenge), en compagnie du très honorable lord-maire de la ville de Londres et de l’honorable Michael H. Wilson, président du conseil de Barclays Canada.

Nous avons eu l’occasion d’échanger nos points de vue sur le domaine des services financiers aux Royaume-Uni, sur les occasions pour le Canada et sur une nouvelle entente commerciale entre nos deux pays.

Le Canada jouit d’une présence considérable dans le secteur des services financiers au Royaume-Uni. En fait, Toronto et Londres sont au cœur des relations commerciales entre le Canada et le Royaume-Uni et les deux villes figurent sur la liste des dix principaux centres financiers au monde.

Les caisses de retraite canadiennes comptent parmi les plus importants investisseurs institutionnels au Royaume-Uni, alors que nos banques ont établi des relations d’affaires fructueuses de longue date, tout en créant des emplois des deux côtés de l’Atlantique.

Le Royaume-Uni constitue la deuxième destination en importance pour les investissements canadiens à l’étranger. Plus de 1100 sociétés du Royaume-Uni sont détenues ou contrôlées par des intervenants canadiens.

Les liens qui existent entre le Canada et le Royaume-Uni en matière de commerce et d’investissement représentent environ 40 % de ceux que le Canada maintient avec l’Union européenne. Cette participation dépasse largement les 15 % que constitue la collaboration du Royaume-Uni au sein de l’économie de l’Union européenne.

Le Royaume-Uni est de loin le partenaire commercial le plus important en Europe et, du point de vue mondial, le troisième marché en importance pour nous sur le plan des exportations, derrière les États-Unis et la Chine.

Compte tenu de ces données, il est certain que le Brexit aura des répercussions à plusieurs égards sur nos relations avec le Royaume-Uni. De nombreuses sociétés canadiennes avaient perçu le Royaume-Uni comme un tremplin permettant d’accéder au vaste marché de l’Union européenne.

Pendant que le Royaume-Uni fait encore partie de l’Union européenne, il est assujetti aux dispositions provisoires de l’Accord économique et commercial global (AECG ou CETA) entre le Canada et l’Union européenne. L’AECG avait été établi pour créer des emplois, renforcer les relations économiques et stimuler le commerce du Canada avec le deuxième marché en importance au monde.

Cette entente de libre-échange commercial progressif touche pratiquement tous les secteurs et tous les aspects du commerce entre le Canada et l’Union européenne et vise à éliminer ou à réduire les barrières sur ce plan.

L’AECG procure un accès considérable aux marchés de biens et de services, tout en facilitant la mobilité de la main-d’œuvre et en ouvrant les marchés publics. Un tel accès pourrait se trouver en partie réduit au moment où le Royaume-Uni se retirera de l’Union européenne.

Compte tenu du temps qu’il faut pour ratifier l’AECG dans tous les États membres de l’Union européenne, le Royaume-Uni aura peut-être déjà quitté l’Union européenne quand l’AECG entrera pleinement en vigueur. Le Royaume-Uni aura besoin de renégocier ses ententes commerciales avec les pays ne faisant pas partie de l’Union européenne, et ce, après la réalisation du Brexit.

Aussi, la plupart des entreprises – peu importe où elles se trouvent dans le monde – devront réévaluer leur position afin de pouvoir tirer parti des occasions qui se présenteront et de réduire les risques.

Selon la nature des conséquences du Brexit, un certain nombre de villes du continent européen pourraient remplacer Londres à titre de centre financier au sein de l’Union européenne. Les principales candidates sont Frankfurt et Dublin; alors que les villes d’Amsterdam, de Varsovie, de Luxembourg et de Paris constituent d’autres possibilités.

En raison de l’incertitude qui existe quant au niveau d’accès que le Royaume-Uni conservera sur le marché de l’Union européenne, les entreprises canadiennes de services financiers n’ont pas pris de décisions définitives quant à l’avenir de leurs activités au Royaume-Uni.

Tant que les négociations sur le départ de la zone de l’euro n’auront pas été pleinement entamées, je crois qu’il sera difficile pour les entreprises canadiennes de services financiers de définir leur présence à la suite du Brexit. Par contre, je suis optimiste à savoir que le Canada est en mesure de conclure avec le Royaume-Uni une entente semblable à l’AECG procurant l’accès qui avait été initialement négocié avec les 28 pays membres de l’Union européenne.

Au sujet de La Société de Gestion AGF Limitée

ondée en 1957, La Société de Gestion AGF Limitée (AGF) est une société indépendante de gestion de placements diversifiés à l’échelle mondiale. AGF apporte de la discipline en offrant l’excellence en matière de gestion de placements par l’entremise de ses volets axés sur des activités fondamentales et quantitatives de même que sur des actifs non traditionnels et des avoirs de particuliers bien nantis, afin de procurer une expérience exceptionnelle à la clientèle. La gamme de solutions d’investissement d’AGF s’étend à l’échelle mondiale à une vaste clientèle, depuis les conseillers financiers jusqu’aux investisseurs particuliers et aux investisseurs institutionnels comprenant des caisses de retraite, des programmes d’entreprise, des fonds souverains, des fonds de dotation et des fondations.

Pour de plus amples renseignements, veuillez visiter AGF.com.

Ⓒ 2018 La Société de Gestion AGF Limitée. Tous droits réservés.

D'autres articles semblables.

Le sondage de l’IFIC prête une voix aux investisseurs canadiens

L’Institut des fonds d’investissement du Canada (IFIC) et la société Pollara Strategic Insights ont récemment…

Tout lire

Chute du nombre d’emplois créés aux États-Unis; record annuel au Canada

•Le Département du Travail des É.-U. a publié la semaine dernière ses chiffres officiels de l’embauche et du chômage pour le mois de septembre, lesquels dressent le portrait le plus récent de l’économie américaine. Dans les faits, 134 000 emplois ont été créés le mois dernier, alors que les économistes de Wall Street misaient sur 168 000. D’après le Département du Travail, les inscriptions hebdomadaires au chômage sont tombées à leur plus faible nombre en 49 ans et les demandes initiales de prestations d’assurance-emploi auprès de l’État se sont élevées à 207 000 (en données désaisonnalisées) pour la semaine terminée le 29 septembre, soit une diminution de 8 000.

Tout lire

Perspectives AGF – Une conversation avec Blake Goldring

Plus tôt aujourd’hui, Blake C. Goldring, président du conseil et chef de la direction de…

Tout lire