Des emplois à foison : L’économie américaine dépasse toutes les prévisions avec la création de 250 000 emplois
For Print Only Logo
Aperçus des marchés

Des emplois à foison : L’économie américaine dépasse toutes les prévisions avec la création de 250 000 emplois

Auteur : 

mardi 6 novembre 2018

Un résumé des principales nouvelles économiques et un regard sur la suite des événements

L’économie américaine dépasse toutes les prévisions avec la création de 250 000 emplois, mais son déficit commercial s’accentue

  • L’embauche aux États-Unis a rebondi au-delà des attentes au mois d’octobre. Les augmentations de salaire ont atteint 3 % en données annuelles pour la première fois depuis 2009. Le taux de chômage se maintient à un creux de 48 années, ce qui indique que le marché de l’emploi continuera à alimenter la consommation et la croissance économique. Le Département du Travail a déclaré que le nombre d’employés non agricoles avait augmenté de 250 000 après une révision à la baisse de la progression du mois de septembre, à 118 000 postes. Les analystes tablaient sur une hausse de 200 000 emplois. De plus, le salaire horaire moyen dans le secteur privé a augmenté de 3,1 % par rapport à l’an dernier et le taux de chômage s’est maintenu au même niveau qu’en septembre, à 3,7 %, conformément aux projections dans les deux cas.
  • Le déficit commercial américain s’est accentué au-delà des prévisions en septembre pour atteindre un sommet de sept mois, en raison d’une augmentation des importations et d’un écart record avec la Chine dans le domaine du commerce de marchandises. L’écart concernant les biens et les services a augmenté de 1,3 % par rapport au mois dernier, pour atteindre 54 G$, d’après les chiffres du Département du Commerce publiés vendredi. Les analystes tablaient sur un déficit de 53,6 G$. Les importations et les exportations ont conjointement augmenté de 1,5 %. Le rapport mensuel a également révélé que les échanges commerciaux avaient représenté la plus importante entrave à la croissance des 33 dernières années, à cause des tarifs douaniers visant la Chine et des mesures de représailles décidées par l’empire du Milieu. Les exportations ont augmenté en cumul à 212,6 G$, en incluant la progression des produits pétroliers, de l’or, du pétrole et des appareils aériens. Les importations ont augmenté à 266,6 G$, notamment à cause des commandes de biens d’équipement et de marchandises. L’écart commercial total concernant les biens a augmenté pour atteindre 76,3 G$.

Au Canada, l’excédent commercial se réduit, le PIB augmente en août et le marché de l’emploi demeure mitigé

  • Les échanges commerciaux au Canada ont été relativement faibles en septembre. Les exportations comme les importations ont enregistré plusieurs baisses mensuelles consécutives, d’après Statistique Canada, qui a également révisé l’excédent commercial communiqué pour le mois d’août. Le déficit commercial du Canada a atteint 416 M$ au mois de septembre, moyennant des replis de 0,2 % pour les exportations et de 0,4 % pour les importations. Celui-ci s’était établi à 551 M$ au mois d’août, notamment à cause d’une chute des exportations de 1,5 %. Les économistes avaient prévu un surplus de 200 M$ pour le mois de septembre. L’organisme du gouvernement fédéral a également révisé le chiffre des importations du mois d’août pour tenir compte de l’enregistrement tardif de l’importation de trois nouveaux brise-glaces. Ce changement signifie que le pays a clôturé le mois avec un déficit, au lieu d’un surplus de 526 M$ initialement communiqué.
  • L’économie canadienne a créé 11 200 emplois en octobre, grâce à une hausse de l’embauche à temps plein, et le taux de chômage a chuté à 5,8 %, d’après les données de Statistique Canada publiées la semaine dernière, malgré une faible croissance des salaires. Les analystes avaient prévu la création de 10 000 postes et le maintien du taux de chômage à 5,9 %. Même si le nombre d’emplois à temps plein a augmenté de 33 900 alors que celui concernant les postes à temps partiel a diminué de 22 600, le taux de participation a baissé pour s’établir à 65,2 %, son plus faible niveau depuis octobre 1998. Les augmentations des salaires sur les 12 derniers mois pour les employés à temps plein (des renseignements étroitement surveillés par la Banque du Canada) ont ralenti à 1,9 %, leur plus faible rythme de croissance après celui de 1,7 % enregistré en août 2017.
  • Statistique Canada a déclaré que le produit intérieur brut réel avait augmenté de 0,1 % en août pour une septième progression mensuelle consécutive, qui a d’ailleurs dépassé les attentes des analystes. La croissance des activités dans les secteurs de l’extraction pétrolière et gazière ainsi que de la finance et de l’assurance a largement compensé les ralentissements enregistrés dans 12 des 20 secteurs répertoriés par l’organisme. Les activités des mines, des carrières et des entreprises d’extraction pétrolière et gazière ont augmenté de 0,9 %, et plus particulièrement de 1,9 % pour le sous-secteur de l’extraction pétrolière et gazière. Le secteur de la finance et de l’assurance a enregistré une hausse de ses activités de 1,0 % au mois d’août, la plus forte depuis mai 2017.
  • L’Office national de l’énergie (ONE) a déclaré que les sources d’électricité renouvelable se développeraient au cours des 20 prochaines années au Canada, mais que la production de gaz naturel et de pétrole augmenterait également au pays. Dans un nouveau rapport intitulé Avenir énergétique du Canada en 2018, l’ONE a déclaré que les Canadiens apprendront à consommer moins d’énergie jusqu’en 2040, malgré la croissance économique. Dans son scénario de référence, l’organisme prévoit que la production d’électricité totale au Canada augmentera d’environ 12 % entre 2017 et 2040, en grande partie grâce au gaz naturel et aux installations éoliennes ou hydroélectriques. Il a également prévu des hausses de la production intérieure de pétrole et de gaz de 58 % et de 29 % respectivement entre aujourd’hui et 2040, tandis que la demande intérieure d’énergie n’augmentera que de 5 % au maximum.

L’activité des usines chinoises se redresse et l’Inde gagne en facilité à faire des affaires

  • L’activité des usines chinoises a légèrement accéléré au mois d’octobre, malgré les tensions commerciales avec les États-Unis, d’après un sondage effectué auprès des petites et moyennes entreprises. Caixin et IHS Markit ont publié leur indice des directeurs d’achat (PMI) pour le mois d’octobre et celui-ci s’est établi à 50,1. Il s’agit d’un résultat supérieur aux attentes des analystes, puisque ceux-ci avaient prévu un léger repli à 49,9, par rapport à 50,0 en septembre. Un nombre supérieur à 50 reflète une expansion économique (et une contraction dans l’autre cas de figure). Malgré ce résultat d’ensemble supérieur aux attentes et une légère expansion des activités industrielles au mois d’octobre, une lecture plus détaillée du sondage révèle les faiblesses de l’économie chinoise. Le sous-indice des nouvelles commandes s’est redressé après le creux de deux ans enregistré en septembre, mais évolue toujours en territoire négatif. Les nouvelles exportations ont diminué pour le septième mois consécutif.
  • L’Inde a gravi 23 places par rapport à l’an dernier dans le rapport 2019 sur la facilité de faire des affaires publié par la Banque mondiale et s’est classée 77e sur 190 pays pour ainsi enregistrer une des 10 plus importantes progressions avec la Chine, Djibouti et l’Azerbaïdjan. La Banque Mondiale a justifié sa décision par la série de réformes conduites par l’Inde à l’issue desquelles les entreprises peuvent obtenir des permis de construire, régler leurs impôts et mener des activités à l’étranger plus facilement.

À suivre

Chiffres du marché du logement au Canada et décision concernant les taux d’intérêt de la Réserve fédérale des États-Unis

Le Canada publiera ses données concernant les permis de construire pour le mois de septembre et les mises en chantier pour le mois d’octobre. Aux États-Unis, la Réserve fédérale annoncera jeudi une décision concernant les taux d’intérêt.

 

Sources : BMO Economics, Services économiques TD, Reuters, CNBC, le 2 novembre 2018

 

Source : Bloomberg, le 2 novembre 2018

 

Au sujet de La Société de Gestion AGF Limitée

ondée en 1957, La Société de Gestion AGF Limitée (AGF) est une société indépendante de gestion de placements diversifiés à l’échelle mondiale. AGF apporte de la discipline en offrant l’excellence en matière de gestion de placements par l’entremise de ses volets axés sur des activités fondamentales et quantitatives de même que sur des actifs non traditionnels et des avoirs de particuliers bien nantis, afin de procurer une expérience exceptionnelle à la clientèle. La gamme de solutions d’investissement d’AGF s’étend à l’échelle mondiale à une vaste clientèle, depuis les conseillers financiers jusqu’aux investisseurs particuliers et aux investisseurs institutionnels comprenant des caisses de retraite, des programmes d’entreprise, des fonds souverains, des fonds de dotation et des fondations.

Pour de plus amples renseignements, veuillez visiter AGF.com.

Ⓒ 2018 La Société de Gestion AGF Limitée. Tous droits réservés.

D'autres articles semblables.

Serait-il temps de miser sur la génomique?

Serait-il temps de miser sur la génomique?

Les progrès réalisés en biotechnologie, en séquençage et en modification du génome ont ouvert la voie à de tout nouveaux champs de possibilités dans le secteur des soins de santé, générant ainsi de nouvelles occasions pour les investisseurs. Carmen Tang fait le point.

Tout lire
Bienvenue dans l’impasse : soulagement des marchés

Bienvenue dans l’impasse : soulagement des marchés

Un résumé des principales nouvelles économiques et un regard sur la suite des événements Les…

Tout lire
Après les élections de mi-mandat : les gagnants, les perdants et l’impasse en vue

Après les élections de mi-mandat : les gagnants, les perdants et l’impasse en vue

Les investisseurs n’aiment pas l’incertitude et les élections américaines de mi-mandat se sont conclues avec…

Tout lire