Aperçus des marchés

Faut-il parler de l’accord USMC?

Auteur : Groupe de spécialistes des portefeuilles

lundi 17 septembre 2018

Un résumé des principales nouvelles économiques et un regard sur la suite des événements

Donald Trump continue d’alimenter les tensions dans les échanges internationaux

  • Le président des États-Unis a demandé à ses collaborateurs de mettre en œuvre les tarifs douaniers prévus pour environ 200 milliards $ de produits chinois de plus, malgré le fait que son secrétaire du Trésor ait tenté de reprendre les pourparlers avec Beijing et de mettre fin à la guerre commerciale. En revanche, l’annonce de la nouvelle vague de tarifs douaniers a été reportée, puisque l’administration américaine envisage certaines révisions motivées par des inquiétudes publiques.
  • Le président Trump a également déclaré qu’il souhaitait renommer l’ALÉNA « USMC » (États-Unis, Mexique et Canada), mais il a aussi menacé d’exclure le Canada de ce nouvel accord (et de laisser tomber la lettre « C » du nom) si Ottawa n’offre pas de concessions plus substantielles. Les négociations achoppent effectivement sur la question de l’accès au marché canadien des produits laitiers ainsi que sur le processus de règlement des différends pour les sociétés frappées de droits antidumping ou compensateurs.

Les mises en chantier ralentissent au Canada, où le marché immobilier est considéré comme étant l’un des plus risqués au monde

  • Les mises en chantier, qui ont diminué de 2,3 % en août au Canada, représentaient ainsi 201 000 unités, par rapport à 205 800 en juillet, alors que les prévisions visaient 216 000 unités. Les activités de construction d’habitations ont considérablement diminué au Québec et en Ontario, plus particulièrement à Toronto, ainsi que dans trois des quatre provinces atlantiques. Par contre, des gains ont été enregistrés en Saskatchewan, en Alberta et en Colombie-Britannique.
  • Oxford Economics a identifié le Canada comme étant l’un des quatre marchés immobiliers mondiaux les plus risqués. Il en est de même pour l’Australie, Hong Kong et la Suède. L’auteur de la prévision a expliqué que des valorisations extrêmement élevées et un fort taux d’endettement créent une situation « particulièrement délicate » qui présente un risque pour l’activité économique.

Mark Carney demeure en poste pour accompagner le Royaume-Uni durant le Brexit

  • Mark Carney a accepté une deuxième prolongation de son mandat et demeurera à la tête de la Banque d’Angleterre pour une période supplémentaire de sept mois, afin de veiller au pilotage de l’économie du Royaume-Uni durant la période de transition liée au Brexit.
  • D’après le ministre du Brexit, Dominic Raab, interrogé vendredi à l’approche d’une réunion de dirigeants européens qui se tiendra à Salzburg cette semaine, la Grande-Bretagne et l’Union européenne devraient bientôt conclure un accord de retrait.

Autres nouvelles économiques

  • Malgré les appels insistants au statu quo du président Recep Tayyip Erdogan, la Banque centrale de la Turquie a décidé de relever son taux directeur à 24 %, par rapport à 17,5 % précédemment, dans une ambitieuse tentative de contrôler une inflation galopante et de prévenir une crise monétaire.
  • Le Congrès des États-Unis a entériné un projet de loi budgétaire qui permettra d’éviter une paralysie du gouvernement, le 1er octobre prochain, et la Maison-Blanche s’est engagée à l’accepter. Plusieurs lois de finances entreront en vigueur cet automne, mais les dispositions non couvertes feront l’objet d’une mesure omnibus le 7 décembre, date d’échéance prévue à la suite d’un autre report.

À suivre

Publications des chiffres du marché immobilier aux États-Unis et de l’IPC au Canada ainsi qu’au Japon

  • Aux États-Unis, les mises en chantier et les ventes d’habitations existantes seront communiquées mercredi et jeudi respectivement.
  • Au Canada, la publication de l’IPC du mois d’août devrait susciter une forte attention.
  • Au Japon, l’IPC du mois d’août sera également publié et la réunion sur la politique monétaire du pays aura lieu au cours de la semaine.

Point hebdomadaire sur les marches

Au sujet de La Société de Gestion AGF Limitée

ondée en 1957, La Société de Gestion AGF Limitée (AGF) est une société indépendante de gestion de placements diversifiés à l’échelle mondiale. AGF apporte de la discipline en offrant l’excellence en matière de gestion de placements par l’entremise de ses volets axés sur des activités fondamentales et quantitatives de même que sur des actifs non traditionnels et des avoirs de particuliers bien nantis, afin de procurer une expérience exceptionnelle à la clientèle. La gamme de solutions d’investissement d’AGF s’étend à l’échelle mondiale à une vaste clientèle, depuis les conseillers financiers jusqu’aux investisseurs particuliers et aux investisseurs institutionnels comprenant des caisses de retraite, des programmes d’entreprise, des fonds souverains, des fonds de dotation et des fondations.

Pour de plus amples renseignements, veuillez visiter AGF.com.

Ⓒ 2018 La Société de Gestion AGF Limitée. Tous droits réservés.

D'autres articles semblables.

Tempête à l’horizon : les marchés subissent de plein fouet les effets de l’ouragan Michael et la Fed s’attire les foudres du président

Steve Bonnyman livre son avis sur la récente volatilité qui s’est emparée des marchés sous…

Tout lire

Tarifs douaniers sur l’acier et détails épineux dans l’AEUMC

•Le ministre des Finances Bill Morneau a déclaré la semaine dernière l’imposition immédiate de droits de douane et de contingents tarifaires afin d’éviter que le marché canadien se retrouve inondé par des importations d’acier provoquées par les taxes douanières américaines. Ces « mesures de sauvegarde provisoires » (considérées comme des actions d’urgence par l’Organisation mondiale du commerce) concernent sept produits de l’acier et s’appliquent à tous les pays, notamment la Chine, mais prévoient toutefois des exemptions pour les États-Unis et le Mexique, ainsi que pour de nombreux pays en développement.

Tout lire

La fièvre qui s’est emparée du marché du cannabis pourrait-elle recréer la bulle boursière de 1999?

Les investisseurs de détail ont visiblement été pris d’un véritable engouement à la perspective de voir émerger, au cours des prochains mois, un marché mondial entièrement consacré au cannabis.

Tout lire