Foire aux questions : le point sur les instruments de crédit
For Print Only Logo
Aperçus des marchés

Foire aux questions : le point sur les instruments de crédit

Auteur : La Rédaction AGF

Le 7 décembre 2018

En compagnie d’Andy Kochar, gestionnaire de portefeuille et chef du crédit au sein de l’équipe des titres à revenu fixe AGF.

Comment décririez-vous votre style de placement? 

Le placement dans les instruments de crédit est souvent mal interprété en tant que simple méthode visant l’accroissement des rendements, qui convient à des investisseurs simplement en quête d’une solution axée sur des rendements accrus. Mais pour moi, il a toujours été question d’un exercice visant à maximiser les rendements globaux (plutôt que d’une simple recherche de taux de rendement), lesquels peuvent provenir d’encaissements de coupons ou d’une appréciation des cours. En outre, on ne peut atteindre l’objectif d’une recherche de rendements optimaux ne sans tenir compte des risques inhérents à un secteur, un thème de placement ou une société. Selon moi, compte tenu de la nature asymétrique et du rapport risque-rendement de la catégorie d’actif, le placement dans des instruments de crédit consiste d’abord à éviter les mauvais placements, avant de choisir les bons.

Comment intégrer le crédit à une stratégie de placement élargie?

Dans un contexte de hausse prolongée des taux d’intérêt, les portefeuilles qui ont déployé une pondération saine du risque de crédit en ont grandement tiré profit, en raison de leur capacité à réduire le risque lié aux taux d’intérêt, tout en enregistrant de solides rendements globaux. À long terme, après rajustement au risque, le placement dans des instruments de crédit demeure une catégorie d’actif intéressante. D’un point de vue canadien, les obligations de sociétés de qualité et le déploiement des obligations à rendement élevé ont enregistré des résultats exceptionnels au cours de la dernière décennie. Nous croyons que les stratégies de placement doivent continuer d’investir dans des instruments de crédit, mais d’une manière beaucoup plus active que par le passé. Celle-ci se traduirait non seulement par une sélection ascendante rigoureuse des titres de créance, mais aussi par une répartition prudente entre les obligations de qualité, les obligations à rendement élevé, les actions privilégiées, les titres de créance de marchés émergents et les débentures convertibles.

Quelle est votre vision actuelle des marchés du crédit?

Après la dernière baisse importante des marchés du crédit en 2014-2015, ceux-ci ont affiché de bons rendements pendant deux ans, jusqu’au début de 2018. Depuis, nous avons maintenu une approche relativement prudente, surtout en raison des évaluations élevées. Cela dit, 2018 a été une année formidable en ce qui concerne la sélection ascendante des titres de créance, à l’instar de 2017, les conditions macroéconomiques ayant été largement favorables. Pour l’avenir, nous prévoyons une poursuite à court terme des réévaluations cycliques du risque et nous comptons utiliser ces conditions pour choisir des sociétés qui, selon nous, offrent des occasions rajustées selon le risque appropriées. La conjoncture fondamentale des instruments de crédit ne nous pose pas de problème. Les évaluations nous donnent un répit.

Les titres à revenu fixe sont-ils une catégorie d’actif intéressante à cette étape du cycle? 

Dans l’ensemble, il faut toujours garder en tête que l’objectif principal des titres à revenu fixe traditionnels est la préservation du capital. En période d’incertitude soutenue sur les marchés, les actifs à revenu fixe traditionnels offrent une excellente protection. Pour ce qui est des rendements des titres à revenu fixe traditionnels, les occasions à long terme sont précaires. Pour obtenir des rendements supérieurs rajustés selon le risque à long terme, les catégories comme les titres de qualité, les obligations à rendement élevé, les actions privilégiées, les débentures convertibles et les titres de créance des marchés émergents devraient être préférées par rapport aux actifs traditionnels. Enfin, lorsque les taux d’intérêt augmentent, particulièrement ceux situés dans la courbe de rendement à plus court terme, les investisseurs disposent d’une excellente occasion de réinvestir leurs coupons à des taux plus élevés et d’améliorer le rendement. On ne doit pas sous-estimer la force du rendement composé dans un contexte de hausse des taux.

Selon vous, où se trouvent les meilleures occasions? 

À court terme, nous entrevoyons des occasions sur le marché des actions privilégiées ainsi que certaines occasions de placement dans des titres convertibles et des titres de créance des marchés émergents. Nous demeurons prudents à l’égard des titres de qualité. Dans la catégorie des obligations à rendement élevé, nous apprécions certains segments du marché et nous continuons d’en ajouter de manière sélective à nos positions, au fil de la correction du marché. Certaines sociétés sont injustement pénalisées, car on jette le bébé avec l’eau du bain. À long terme, nous continuons de faire preuve de patience et de vigilance; nous surveillons toutes ces catégories, en quête d’une réévaluation importante avant de nous lancer.

Qu’en est-il des marchés émergents? 

Comme je l’ai mentionné précédemment, les événements macroéconomiques ont alimenté le rendement, et c’est particulièrement vrai dans le cas des marchés émergents, à la lumière des risques commerciaux et de l’incertitude sur le plan géopolitique. Cela dit, nous observons maintenant un écart plus important entre les rendements individuels des pays émergents et nous privilégions ceux qui ont réduit leurs frais d’intérêt, échelonné leurs dettes et mis en place des réformes. Cette situation pourrait créer des occasions en faveur des sociétés qui étaient injustement pénalisées auparavant, mais je reste prudent.

Certains secteurs ou certaines régions sont-ils plus intéressants que d’autres?

La majorité des occasions que nous décelons se trouvent près de chez nous, tant au Canada qu’aux États-Unis. Il existe certaines occasions en Europe (surtout dans les pays périphériques), en Asie (en particulier en Chine) et en Amérique latine (en particulier au Brésil).

Andy Kochar est gestionnaire de portefeuille et chef du crédit au sein de l’équipe des titres à revenu fixe AGF. Il collabore régulièrement à Perspectives AGF.

_____________________________________________________________________________________________________________

Les commentaires que renferme le présent document sont fournis à titre de renseignements d’ordre général basés sur des informations disponibles au 30 novembre 2018 et ne devraient pas être considérés comme des conseils personnels en matière de placement, une offre ou une sollicitation d’achat ou de vente de valeurs mobilières. Nous avons pris les mesures nécessaires pour nous assurer de l’exactitude de ces commentaires au moment de leur publication, mais cette exactitude n’est pas garantie. Les conditions du marché peuvent changer et le gestionnaire de portefeuille n’accepte aucune responsabilité pour des décisions de placement prises par des individus et découlant de l’utilisation ou sur la foi des renseignements contenus dans ce document. Nous invitons les investisseurs à obtenir les conseils d’un conseiller financier.
Placements AGF est un groupe de filiales en propriété exclusive de La Société de Gestion AGF Limitée, un émetteur assujetti au Canada. Les filiales faisant partie de Placements AGF sont Placements AGF Inc. (« PAGFI »), Gestion de placements Highstreet (« Highstreet »), AGF Investments America Inc. (« AGFA »), AGF Asset Management (Asia) Limited (« AGF AM Asia ») et AGF International Advisors Company Limited (« AGFIA »). AGFA est inscrite aux États-Unis à titre de conseiller. PAGFI et Highstreet sont inscrites à titre de gestionnaires de portefeuille auprès des commissions des valeurs mobilières canadiennes. AGFIA est réglementée par la Central Bank of Ireland et est inscrite auprès de l’Australian Securities & Investments Commission. AGF AM Asia est inscrite à Singapour à titre de gestionnaire de portefeuille. Les filiales faisant partie de Placements AGF gèrent plusieurs mandats comprenant des actions, des titres à revenu fixe et des éléments d’actif équilibrés.

 

Au sujet de La Société de Gestion AGF Limitée

Fondée en 1957, La Société de Gestion AGF Limitée (AGF) est une société indépendante de gestion de placements diversifiés à l’échelle mondiale. AGF apporte de la discipline en offrant l’excellence en matière de gestion de placements par l’entremise de ses volets axés sur des activités fondamentales et quantitatives de même que sur des actifs non traditionnels et des avoirs de particuliers bien nantis, afin de procurer une expérience exceptionnelle à la clientèle. La gamme de solutions d’investissement d’AGF s’étend à l’échelle mondiale à une vaste clientèle, depuis les conseillers financiers jusqu’aux investisseurs particuliers et aux investisseurs institutionnels comprenant des caisses de retraite, des programmes d’entreprise, des fonds souverains, des fonds de dotation et des fondations.

Pour de plus amples renseignements, veuillez visiter AGF.com.

Ⓒ 2018 La Société de Gestion AGF Limitée. Tous droits réservés.

Auteur :

The editor's desk

La Rédaction AGF

Traduit de l'anglais.

D'autres articles semblables.

Vue d’ensemble : la volatilité du marché

Vue d’ensemble : la volatilité du marché

Eh oui, 2018 fut mouvementée. L’année 2019 a également démarré avec des soubresauts : dès les cinq premiers jours de négociation de janvier, l’indice S&P 500 a affiché des fluctuations supérieures à 1 %.

Tout lire
Écarts d’évaluation : Peut-on prévoir une troisième reprise?

Écarts d’évaluation : Peut-on prévoir une troisième reprise?

Stephen Duench, vice-président et gestionnaire de portefeuille à AGFiQ, explique comment les écarts actuels d’évaluation…

Tout lire
Les liquidations boursières, davantage motivées par la peur que par les données fondamentales

Les liquidations boursières, davantage motivées par la peur que par les données fondamentales

À l’approche de la nouvelle année, les marchés boursiers sont dans la tourmente. Les données fondamentales ne se sont pourtant pas effondrées – la principale cause est la panique des investisseurs, et les dégagements risquent de se poursuivre avant que l’on puisse constater une accalmie.

Tout lire