La Banque du Canada s’apprête-t-elle à relever à nouveau son taux?

Auteur : Groupe de spécialistes des portefeuilles

mardi 3 juillet 2018

Annonce de Stephen Poloz avant la réunion concernant la politique monétaire de juillet

  • Le gouverneur de la Banque du Canada Stephen Poloz a donné une allocution à Victoria (Colombie-Britannique) le 27 juin, deux semaines avant la très attendue réunion de juillet. Ironiquement, dans un discours intitulé « Soyons clairs », il s’est montré favorable à une hausse des taux d’intérêt en juillet, tout en donnant de bonnes raisons pour repousser la décision à plus tard.
  • M. Poloz a cité trois grandes incertitudes qui pèseront lourdement dans la balance des prochaines décisions : les échanges commerciaux, l’immobilier et l’incidence d’un relèvement des taux sur l’endettement des ménages.
  • Sur une note positive, il a évoqué une « plus grande certitude (dans) la tenue de l’économie » et a précisé que les marchés financiers comprenaient bien les messages de la banque centrale. Les anticipations d’une hausse des taux d’intérêt le 11 juillet ont augmenté à la fin de la semaine pour s’établir à environ 85 %.

Progression du PIB

  • L’économie du Canada a clôturé le mois d’avril en légère expansion, avec une augmentation de son PIB de 0,1 %. Même si elle a dépassé les attentes, la croissance semble s’essouffler par rapport aux progressions de 0,3 % et 0,4 % constatées respectivement au cours des deux mois précédents.
  • Parmi les 20 secteurs répertoriés, 15 ont clôturé le mois d’avril en hausse. Les industries ont réservé une bonne surprise (+0,8 % au cours du mois), contrairement aux activités extractives (-9,0 %), à cause d’une grève dans une importante mine d’or.
  • Dans l’ensemble, les secteurs de la production de biens ont apporté la meilleure contribution à la croissance de l’économie, avec une progression annualisée de 4,4 %, tandis que les services n’ont enregistré qu’une expansion de 1,8 % sur la même période.

Accélération de l’inflation dans la zone euro

  • L’augmentation des prix s’est élevée à 2,0 % dans la zone euro à la fin du mois de juin (par rapport à 1,9 % le mois précédent) et a atteint l’objectif de la banque centrale pour la première fois en un an.
  • Cette accélération s’est largement expliquée par les effets de base positifs des prix de l’énergie, dont la hausse par rapport à l’an dernier s’est établie à 8,0 %, ainsi que par une augmentation du prix des denrées alimentaires.
  • Après exclusion des articles les plus volatils, l’inflation de base s’est en fait établie en juin à 1,0 % et les précédentes hausses de prix dans la catégorie des loisirs remontent maintenant à plus de douze mois.

Autres nouvelles économiques

  • Au Japon, le taux de chômage a baissé de 0,3 % en mai du fait du vieillissement de la population et s’est établi en fin de mois à 2,2 %, son plus faible niveau depuis 1992. Le Japon, à peu près aussi grand que la Californie, compte maintenant près de 67 millions de travailleurs en activité.
  • Aux États-Unis, les commandes de biens durables ont diminué de 0,6 % en mai, car les catégories volatiles de l’automobile et de l’aérospatiale ont enregistré un ralentissement. Les exportations de biens ont en revanche progressé de 2,1 % au cours du mois et de 12,7 % en données annualisées.

À suivre

Chiffres de l’emploi en Amérique du Nord et indices industriels du PMI

Les États-Unis et le Canada communiqueront des données concernant le chômage et les salaires au cours de la semaine. Les indices industriels du PMI seront publiés dans plusieurs pays, notamment aux États-Unis, au Canada, dans la zone euro, en Chine et au Japon.

Point hebdomadaire sur les marchés

© 2018 La Société de Gestion AGF Limitée. Tous droits réservés. Visitez https://perspectives.agf.com

D'autres articles semblables.

La Banque du Canada relève son taux directeur en dépit des préoccupations commerciales

Relèvement des taux de la Banque du Canada La Banque du Canada (BdC) a, sans…

Tout lire

Pourquoi les tensions commerciales tiendront-elles les investisseurs sur un pied d’alerte

Les négociations en cours entre les États-Unis et ses principaux partenaires commerciaux continueront de jouer un rôle important dans la direction que prendront les marchés boursiers au second semestre de 2018.

Tout lire

Argument en faveur des actions américaines à petite capitalisation dans une conjoncture de guerre commerciale

Les sociétés dont les revenus proviennent de l’étranger dans une moindre mesure pourraient s’en sortir mieux relativement aux tarifs douaniers.

Tout lire