Le Débat Sur Les Commission Intégrées et la Valeur Des Conseils

Auteur : 

vendredi 15 décembre 2017

La conclusion qui émane de la table ronde tenue en septembre par les Autorités canadiennes en valeurs mobilières (ACVM) sur les commissions intégrées est la suivante : cet enjeu controversé divise notre industrie en deux camps.

D’une part, ceux qui s’opposent aux frais intégrés (et plus précisément aux commissions de suivi) insistent pour dire qu’ils sont synonymes de conflits d’intérêts. Ce camp soutient que ceux à qui les sociétés de gestion de fonds communs de placement versent des commissions fixées en fonction du nombre d’années de conservation d’un fonds ne peuvent pas avoir à cœur l’intérêt de leurs clients. En outre, il met l’accent sur le fait que de nombreux clients canadiens ne sont pas au courant des frais cachés ni du conflit d’intérêts inné qui existe.

D’autre part, il y a ceux qui perçoivent ces frais comme étant le prix à payer pour obtenir des conseils en placement (il a été démontré que les conseils améliorent les rendements des placements mais bon nombre de Canadiens s’en privent, surtout ceux qui ont de plus petits portefeuilles). Ce camp maintient que les investisseurs ne sont pas portés à demander conseil s’ils doivent payer d’avance, particulièrement ceux qui ont des portefeuilles relativement modestes.

À AGF, notre point de vue est clair et ancré dans notre culture de longue date qui repose sur la valeur des conseils.

Bref, nous croyons que l’abolition des commissions de suivi et des autres commissions intégrées serait nuisible et coûteuse pour l’industrie, surtout au moment où la nouvelle réglementation (plus précisément le MRCC2) vient tout juste d’améliorer la transparence et la divulgation. Par-dessus tout, rien n’indique que les clients veulent un changement de structure de frais.

Les organismes de réglementation jouent un rôle important pour préserver la confiance des investisseurs à l’égard des marchés des capitaux au moyen d’examens réguliers et d’application des règles. Mais leurs actions peuvent avoir des conséquences négatives non intentionnelles. L’abolition des commissions intégrées en est un parfait exemple.

De surcroît, le sondage effectué par The Gandalf Group quantifie le risque que cela prive les investisseurs canadiens de précieux conseils. Un quart des répondants ont dit que l’abolition des commissions de suivi dissuaderait les gens de demander conseil.

C’est une crainte légitime à la lumière de l’expérience du Royaume-Uni, qui a aboli les commissions de suivi en 2008. Là-bas, les changements ont poussé 11 000 conseillers au service d’environ 11 millions de clients à délaisser l’industrie, si bien que les clients n’avaient plus accès à des conseils en placement.

En citant cet exemple dans un article publié en juillet 2017, Henri-Paul Rousseau de la School of Public Policy de l’Université de Calgary a écrit : « Les dangers de priver les investisseurs de conseils sont sous-estimés par ceux qui croient que les robots-conseillers et les banques peuvent combler cette lacune. En fait, les robots-conseillers et les banques, pour la plupart, ne sont pas bien équipés pour offrir la valeur ajoutée des conseils à leurs clients. »

C’est une préoccupation encore plus urgente à un moment où l’incertitude géopolitique, l’agitation des marchés et l’endettement record des ménages convergent avec le besoin des Canadiens de connaître l’ABC de la littératie financière et de prendre en main leur avenir financier et la planification de leur retraite.

Les ACVM vont divulguer les résultats de leurs délibérations au printemps 2018. Quelle que soit l’issue de ces délibérations, d’autres débats sur ce sujet, qui soulève les passions, sont à prévoir. Or, le plus important n’est pas ce que croient les différentes factions de l’industrie, mais ce qui est mieux pour la santé financière à long terme des investisseurs canadiens.

D'autres articles semblables.

Les décisions de l’ACVM à l’appui de l’optionalité dans l’industrie

La Société de Gestion AGF Limitée Plus tôt aujourd’hui, les Autorités canadiennes en valeurs mobilières…

Tout lire

Brexit : Une occasion pour le Canada

Les préparatifs du Brexit : pas seulement un défi pour la Grande-Bretagne À titre de chef…

Tout lire

Les préparatifs du Brexit : pas seulement un défi pour la Grande-Bretagne

Le Brexit est un processus et non pas un événement Plus tôt cette semaine, j’ai…

Tout lire