Le marché du travail américain déçoit, tandis que l’économie canadienne progresse
For Print Only Logo
Aperçus des marchés

Le marché du travail américain déçoit, tandis que l’économie canadienne progresse

Auteur : Groupe de spécialistes des portefeuilles

mardi 7 août 2018

Des chiffres de l’emploi décevants aux États-Unis

  • L’économie américaine a créé 157 000 emplois en juillet, un chiffre inférieur aux quelque 190 000 nouveaux postes initialement attendus. Cet écart provient essentiellement des services, qui ont créé 65 000 postes de moins qu’au cours du mois précédent, alors que de nombreuses embauches ont été enregistrées dans les secteurs des biens.
  • Malgré ce chiffre décevant, le taux de chômage aux États-Unis est tombé à 3,9 %, en raison de l’augmentation de la participation des actifs en pleine force de l’âge (25 à 54 ans).
  • Le salaire horaire moyen a grimpé de 0,3 % au cours du mois et son rythme de croissance annualisé s’est confirmé à 2,7 %.

Expansion de l’économie canadienne

  • L’économie du Canada a enregistré une expansion de 0,5 % en mai qui a dépassé les attentes et contrastait avec la faiblesse enregistrée le mois précédent du fait des intempéries.
  • Cette croissance généralisée du PIB concernait 19 des 20 secteurs répertoriés, celui des services aux collectivités faisant exception. La fabrication de biens a enregistré la plus forte progression, soit 0,6 % et le secteur pétrolier et gazier a accéléré de 2,5 % au cours du mois. Le secteur des services n’était pas en reste, avec une hausse mensuelle de 0,5 %, la plus forte des huit dernières années.
  • La vigueur du PIB en mai laisse présager une croissance annualisée prévisionnelle d’environ 3,0 % au deuxième trimestre, un rythme bien supérieur à celui des trimestres précédents.

Publication de données dans la zone euro

  • Les économies de la zone euro ont vu leur rythme de croissance ralentir à 0,3 % en moyenne au deuxième trimestre. Les incertitudes concernant les échanges internationaux ont apparemment pesé sur l’activité puisque la progression du PIB sur les douze derniers mois a décéléré pour atteindre 2,1 %.
  • L’inflation, également communiquée au cours de la semaine, a en revanche augmenté à 2,1 % en données annualisées au mois de juillet, dépassant ainsi pour la première fois en plus de cinq ans la barre des 2,0 %. Une hausse des prix de l’énergie de 9,4 % depuis l’an dernier a expliqué la majeure partie de cette augmentation. Cependant, l’inflation de base, qui ne tient pas compte des prix les plus volatils (notamment de l’énergie), est passée de 0,9 % à 1,1 % en données annualisées.
  • Les ventes au détail ont augmenté de 0,3 % en juin grâce aux produits alimentaires, mais en données annualisées, leur rythme de croissance est tombé de 1,6 % à 1,2 %.

Autres nouvelles économiques

  • Comme prévu, la Banque d’Angleterre a relevé ses taux d’intérêt de 25 points de base, à l’issue d’une décision toutefois surprenante par son unanimité (9 votes à 0) et justifiée par la vigueur inégalée du marché de l’emploi ainsi que par une hausse des prévisions d’inflation. Sur un ton ferme, la banque centrale a précisé que ce resserrement se poursuivrait si la conjoncture évolue comme prévu.
  • Les rumeurs de resserrement monétaire à l’approche de la réunion de la Banque du Japon ont été rapidement démenties sur un ton résolument conciliant la semaine dernière, la BdJ annonçant que les « importants assouplissements se poursuivraient » et que les taux demeureraient faibles « pendant une période prolongée ».

À suivre

Chiffres du marché du travail canadien

  • Au cours d’une semaine peu chargée, le Canada divulguera ses chiffres de l’emploi de juillet. Les États-Unis publieront leurs derniers chiffres d’inflation. Le Japon et le Royaume-Uni devraient communiquer leurs chiffres du PIB du deuxième trimestre au cours de la semaine.

Point hebdomadaire sur les marchés

Au sujet de La Société de Gestion AGF Limitée

ondée en 1957, La Société de Gestion AGF Limitée (AGF) est une société indépendante de gestion de placements diversifiés à l’échelle mondiale. AGF apporte de la discipline en offrant l’excellence en matière de gestion de placements par l’entremise de ses volets axés sur des activités fondamentales et quantitatives de même que sur des actifs non traditionnels et des avoirs de particuliers bien nantis, afin de procurer une expérience exceptionnelle à la clientèle. La gamme de solutions d’investissement d’AGF s’étend à l’échelle mondiale à une vaste clientèle, depuis les conseillers financiers jusqu’aux investisseurs particuliers et aux investisseurs institutionnels comprenant des caisses de retraite, des programmes d’entreprise, des fonds souverains, des fonds de dotation et des fondations.

Pour de plus amples renseignements, veuillez visiter AGF.com.

Ⓒ 2018 La Société de Gestion AGF Limitée. Tous droits réservés.

D'autres articles semblables.

Serait-il temps de miser sur la génomique?

Serait-il temps de miser sur la génomique?

Les progrès réalisés en biotechnologie, en séquençage et en modification du génome ont ouvert la voie à de tout nouveaux champs de possibilités dans le secteur des soins de santé, générant ainsi de nouvelles occasions pour les investisseurs. Carmen Tang fait le point.

Tout lire
Bienvenue dans l’impasse : soulagement des marchés

Bienvenue dans l’impasse : soulagement des marchés

Un résumé des principales nouvelles économiques et un regard sur la suite des événements Les…

Tout lire
Après les élections de mi-mandat : les gagnants, les perdants et l’impasse en vue

Après les élections de mi-mandat : les gagnants, les perdants et l’impasse en vue

Les investisseurs n’aiment pas l’incertitude et les élections américaines de mi-mandat se sont conclues avec…

Tout lire