Le « plafonnement de la croissance des bénéfices » – faut-il s’en préoccuper?

Auteur : 

mercredi 9 mai 2018

À la lumière d’une conjoncture davantage incertaine en 2018, l’humeur ne cesse d’osciller entre l’optimisme et le pessimisme, les marchés s’étant récemment négociés dans une fourchette de plus en plus étroite. Selon le graphique, nous serions sur le point d’atteindre un moment décisif à la suite duquel le marché pourrait, soit s’apprécier, soit reculer.

Source : Bloomberg

Les pessimistes pourraient souligner une fois de plus que le « plafonnement de la croissance des bénéfices » du marché constitue une raison d’agir avec prudence. En effet, nous avons remarqué récemment l’échange de plusieurs commentaires à cet égard – les bénéfices augmentant de plus de 20 % sur 12 mois, les estimations d’occasions de vente pour la présente période de déclaration des bénéfices laissent entendre que la croissance du bénéfice par action (BPA) de l’indice S&P 500 atteindrait un sommet au second semestre de cette année.

Malgré tout, nous tenons à préciser que le plafonnement de la croissance des bénéfices est rarement associé à la fin d’un marché haussier. En fait, depuis les années 1950, le rendement de l’indice S&P 500 évolue dans les environs de la moyenne (8,1 %) l’année après le plafonnement de la croissance des bénéfices, et les rendements sont positifs dans près de 70  % des cas.

Plafonnement de la croissance du BPA de l’indice S&P 500 : résultat mobile sur 1 an et rendement ultérieur

  Rendement ultérieur de l’indice S&P 500
BPA à son sommetTaux de croissance du BPA à son sommet3 mois6 mois12 moisRécession?
2/29/195634,8 %0,3 %4,8 %-4,6 %Non
3/31/196020,8 %2,9 %-3,3 %17,6 %Oui
7/31/196224,3 %-2,9 %13,7 %18,7 %Non
10/31/196516,9 %0,5 %-1,5 %-13,2 %Non
10/31/196810,3 %-0,4 %0,3 %-6,0 %Non
2/28/197431,3 %-9,3 %-25,0 %-15,2 %Oui
12/31/197626,5 %-8,4 %-6,5 %-11,5 %Non
10/31/197932,5 %12,1 %4,4 %25,2 %Oui
8/31/198218,7 %15,9 %23,9 %37,6 %Non
1/31/198533,5 %0,1 %6,3 %17,9 %Non
9/30/198852,3 %2,1 %8,4 %28,4 %Non
5/31/199323,4 %3,0 %2,6 %1,4 %Non
4/30/199546,2 %9,2 %13,0 %27,1 %Non
11/30/199715,7 %9,8 % 14,2 %21,8 %Non
8/31/200016,4 %-13,4 %-18,3 %-25,3 %Oui
7/31/200426,0 %2,6 %7,2 %12,0 %Non
9/30/200617,8 %6,2 %6,4 %14,3 %Non
11/30/201071,0 %12,4 %13,9 %5,6 %Non
10/31/20149,1 %-1,1 %3,3 %3,0 %Non
Average27,8 %2,2 %3,6 %8,1 %
Positive %63,2 %73,7 %68,4 %
Non-recession Average25,5 %3,2 %7,3 %10,2 %
Non-recession Positive %66,7 %86,7 %73,3 %
Source : BMO Marchés des capitaux, mai 2018.

Bien que les estimations consensuelles montrent que la croissance des bénéfices puisse culminer autour du quatrième trimestre de cette année, le marché devrait continuer d’enregistrer une croissance des bénéfices d’au moins 10 % dans un avenir prévisible. Qui plus est, la croissance solide et récente des bénéfices signale que le rapport cours/bénéfice prévisionnel de l’indice S&P 500 évolue encore une fois à des niveaux plus attrayants – pour l’année civile 2019, le BPA estimé de l’indice S&P 500 se chiffre maintenant à 15,4.

Enfin, il est également important de reconnaître que la réforme fiscale aux États-Unis et par conséquent la baisse du taux d’imposition des sociétés américaines ont en partie stimulé la croissance des bénéfices cette année. Étant donné qu’il s’agit d’un événement ponctuel, il est inévitable que les périodes ultérieures risquent de présenter une croissance des bénéfices inférieure (l’effet de base). Cependant, la croissance du chiffre d’affaires (dont le taux s’élève présentement à 8,5 % pour l’indice S&P 500) demeure robuste et témoigne d’une conjoncture toujours favorable aux sociétés.

Source : Strategas Research, avril 2018.
Les commentaires que renferme le présent document sont fournis à titre de renseignements d’ordre général fondés sur des informations disponibles au 7 mai 2018 et ne devraient pas être considérés comme des conseils personnels en matière de placement, une offre ou une sollicitation d’achat ou de vente de valeurs mobilières. Nous avons pris les mesures nécessaires pour nous assurer de l’exactitude de ces commentaires au moment de leur publication, mais cette exactitude n’est pas garantie. Les conditions du marché peuvent changer et le gestionnaire de portefeuille n’accepte aucune responsabilité pour des décisions de placement prises par des individus et découlant de l’utilisation ou sur la foi des renseignements contenus dans le présent document. Les investisseurs devraient obtenir les conseils spécialisés d’un conseiller financier.
Placements AGF est un groupe de filiales en propriété exclusive de La Société de Gestion AGF Limitée, un émetteur assujetti au Canada. Les filiales faisant partie de Placements AGF sont Placements AGF Inc. (« PAGFI »), Gestion de placements Highstreet (« Highstreet »), AGF Investments America Inc. (« AGFA »), AGF Asset Management (Asia) Limited (« AGF AM Asia ») et AGF International Advisors Company Limited (« AGFIA »). AGFA est inscrite aux États-Unis à titre de conseiller. PAGFI et Highstreet sont inscrites à titre de gestionnaires de portefeuille auprès des commissions de valeurs mobilières canadiennes. AGFIA est réglementée par la Central Bank of Ireland et est inscrite auprès de l’Australian Securities & Investments Commission. AGF AM Asia est inscrite à Singapour à titre de gestionnaire de portefeuille. Les filiales faisant partie de Placements AGF gèrent plusieurs mandats comprenant des actions, des titres à revenu fixe et des éléments d’actif équilibrés.

 

 

 

© 2018 La Société de Gestion AGF Limitée. Tous droits réservés. Visitez https://perspectives.agf.com

Auteur :

Jonathan Lo, MBA

Vice-président, Groupe de spécialistes des portefeuilles

Placements AGF Inc.

Traduit de l'anglais.

D'autres articles semblables.

Nos commentaires concernant la situation en Turquie

L’année 2018 continue d’être secouée par des agitations politiques. Andy Kochar explique comment les récents bouleversements…

Tout lire

La géopolitique de nouveau à la une

Crise diplomatique entre le Canada et l’Arabie saoudite Affaires mondiales Canada a exprimé des préoccupations…

Tout lire

Le marché du travail américain déçoit, tandis que l’économie canadienne progresse

Des chiffres de l’emploi décevants aux États-Unis L’économie américaine a créé 157 000 emplois en…

Tout lire