L’économie canadienne au point mort, tandis que l’économie américaine poursuit sa progression

Auteur : Groupe de spécialistes des portefeuilles

lundi 2 avril 2018

Contraction de l’économie canadienne en janvier

  • Le PIB du Canada a reculé de 0,1 % en janvier, mais ce démarrage au ralenti pour l’année 2018 a été compensé par une révision à la hausse correspondante du PIB au mois précédent. Sur une note positive, la contre-performance de janvier ne représente que le deuxième repli mensuel des 15 derniers mois.
  • Parmi les 20 grandes industries, dix ont clôturé le mois de janvier en territoire négatif. En effet, le secteur des mines, du pétrole et du gaz a reculé de 2,7 %, retranchant ainsi 0,2 % au résultat mensuel de base du PIB, essentiellement en raison des arrêts non planifiés pour activités de maintenance dans des usines canadiennes de sables bitumineux. Par ailleurs, la chute de 0,5 % du secteur immobilier a aussi contribué à cette situation, même si elle était grandement anticipée après l’entrée en vigueur des nouvelles règles du BSIF en janvier.
  • Les prévisions de croissance de 2,5 % au premier trimestre par la Banque du Canada semblent désormais optimistes, mais la production pétrolière et l’activité immobilière pourraient rebondir au cours des prochains mois.

Révision à la hausse du PIB des États-Unis

  • La croissance de l’économie américaine a été revue à la hausse, passant à 2,9 % lors de la troisième et dernière estimation du PIB du quatrième trimestre de 2017, alors qu’elle s’élevait à 2,5 % lors de la première estimation. La vigueur inattendue des dépenses de consommation pendant la période des Fêtes et les dépenses de transport sont en partie à l’origine de cette amélioration. Cela fait donc trois trimestres consécutifs que les données du PIB se situent près ou au-dessus de la cible de croissance de 3 % établie par le président Trump.
  • L’indice de prix relatif aux dépenses personnelles de consommation, qui représente la principale mesure de l’inflation de la banque centrale, a atteint un rythme annualisé de 1,9 % au quatrième trimestre, tout juste sous la cible des 2,0 % de la Réserve fédérale.
  • En outre, la confiance des consommateurs américains s’est détériorée en mars, l’indice fléchissant de 2,3 points, à 127,7. Elle demeure toutefois élevée, puisqu’il s’agit tout de même du troisième niveau de confiance le plus élevé en 17 ans.

Des données économiques mitigées au Japon

  • L’inflation japonaise est tombée à 1 % sur douze mois en mars, un ralentissement par rapport au rythme de 1,4 % observé le mois précédent. L’inflation de base a elle aussi légèrement reculé, s’établissant à 0,8 % sur douze mois.
  • La production industrielle a rebondi de 4,1 % en février, ce qui compense partiellement la perte de 6,8 % enregistrée au mois de janvier. L’activité a progressé de 1,4 % en données annualisées.
  • Les ventes au détail ont repris en février. Après un important repli en janvier, elles ont affiché une croissance annualisée de 1,6 %, favorisées notamment par les dépenses en carburant, en aliments et en boissons.

Autres nouvelles économiques

  • Les données concernant le PIB du Royaume-Uni ont été maintenues, confirmant ainsi la croissance économique de 0,4 % au dernier trimestre de 2017. En données annualisées, le PIB britannique a augmenté de 1,8 % en 2017, soit le plus faible rythme parmi les pays du G7. Il s’agit en outre de la seule grande économie a avoir accusé un ralentissement par rapport à l’année précédente.
  • Le marché de l’emploi en Allemagne reste le plus vigoureux de la zone euro. En effet, le pays a surpassé les attentes alors que 19 000 citoyens ont trouvé un emploi en mars; le taux de chômage atteint désormais 5,3 %, le plus bas niveau depuis la réunification. Par ailleurs, l’inflation a augmenté à 1,5 % (sur un an) en mars, soit une hausse par rapport au taux de 1,2 % établi en février pour l’ensemble des pays européens.

À suivre

PIB du Canada et données du Japon

  • Les États-Unis et le Canada communiqueront une mise à jour de leur marché de l’emploi ce vendredi, tandis que la zone euro publiera ses données sur l’emploi au cours de la semaine. Les données industrielles de plusieurs pays, notamment la Chine, le Japon, les États-Unis et le Canada, seront également communiquées au cours de la semaine.

 

Point hebdomadaire sur les marchés

D'autres articles semblables.

Pourquoi les titres de l’énergie sont-ils à la traîne des cours du pétrole?

Le cours du pétrole brut a atteint la semaine dernière des sommets inégalés depuis trois…

Tout lire

Légère accélération de l’inflation aux États-Unis

Légère accélération de l’inflation aux États-Unis L’indice des prix a baissé de 0,1 % en…

Tout lire

Les investisseurs des marchés émergents surestiment-ils le risque d’une guerre commerciale?

La montée des tensions commerciales entre les États-Unis et la Chine met les investisseurs des marchés émergents (ME) à rude épreuve, mais les craintes d’un repli prolongé des actions sont peut-être exagérées.

Tout lire