L’électrification croissante des véhicules
For Print Only Logo
Aperçus des marchés

L’électrification croissante des véhicules

Auteur : 

samedi 7 octobre 2017

Le mois dernier, l’article-vedette du magazine The Economist a annoncé « La mort du moteur à combustion interne » (The Death of the Internal Combustion Engine). En plus de cet article, nous avons observé que de nombreuses sociétés et divers secteurs accueillent favorablement l’électrification des véhicules à passagers, et ce, malgré la décision du président américain Donald Trump de retirer les États-Unis de l’Accord de Paris sur le climat qui aurait pu avoir des répercussions négatives sur le mouvement d’électrification.

Les constructeurs d’automobiles se rallient de plus en plus à l’électrification de leurs gammes de produits. Une certaine prudence à court terme est de mise étant donné les changements d’évaluation spectaculaires au sein de la chaîne d’approvisionnement des véhicules électriques et bien sûr, l’infamie du magazine The Economist pour signaler un point de vue anticonformiste. Toutefois, nous estimons que la tendance à long terme est positive dans ce cas.

Nous avons vu d’autres pays doubler la mise relativement à l’Accord de Paris et s’éloigner des véhicules à essence et au diesel par l’adoption de lois. En juillet, le Royaume-Uni et la France ont annoncé leur intention de bannir les véhicules à essence et au diesel d’ici 2040. La Chine a également réalisé d’énormes progrès vers l’électrification, et son plus récent plan de cinq ans réclame une hausse ambitieuse de 8 % des ventes de véhicules électriques d’ici l’an prochain, et de 12 % d’ici 2020. Le tout placerait tout de même le pays derrière la Norvège, où 29 % des nouveaux véhicules vendus sont électriques, et 42 % des nouvelles voitures enregistrées en juin sont électriques, ce qui constitue un record.

Entre-temps, les constructeurs d’automobiles réagissent au mouvement réglementaire et à la demande des consommateurs. Au début de juillet, la société Volvo* est devenue le premier constructeur d’automobiles traditionnel à fixer une date pour l’élimination complète des modèles à moteur à combustion, et a annoncé que tous les nouveaux modèles seront électriques ou hybrides d’ici 2019. Toujours en juillet, Tesla* a annoncé le lancement de son premier modèle 3, une voiture de marché de masse à 35 000 $ avec une autonomie d’environ 500 kilomètres, tandis que BMW* a annoncé qu’elle prévoit commencer à produire une version entièrement électrique de sa Mini iconique d’ici 2019, ainsi qu’une BMW X3 pleinement électrique d’ici 2020.

Ces événements récents offrent la preuve que la transition vers une économie durable est irréversible, même avec un président américain réfractaire aux initiatives respectueuses de l’environnement. En fait, au fur et à mesure que les véhicules électriques deviennent plus économiques, que leur autonomie augmente et que plus de bornes de recharge sont installées, nous sommes plutôt d’avis que l’adoption de véhicules électriques pourrait s’accroître de façon exponentielle, au point de dépasser la plupart des prévisions.

Total des ventes annuelles de VE par marché

 

Source : Bloomberg New Energy Finance, juillet 2017

 

Les commentaires que renferme ce document sont fournis à titre de renseignements d’ordre général fondés sur des informations disponibles au 30 août 2017 et ne devraient pas être considérés comme des conseils personnels en matière de placement, une offre, ni une sollicitation d’achat ou de vente de valeurs mobilières. Nous avons pris les mesures nécessaires pour nous assurer de l’exactitude de ces commentaires au moment de leur publication, mais cette exactitude n’est pas garantie. Les conditions du marché peuvent changer et le gestionnaire de portefeuille n’accepte aucune responsabilité pour des décisions de placement prises par des individus et découlant de l’utilisation ou sur la foi des renseignements contenus dans ce document. Nous invitons les investisseurs à obtenir les conseils d’un conseiller financier.

 

 

Au sujet de La Société de Gestion AGF Limitée

ondée en 1957, La Société de Gestion AGF Limitée (AGF) est une société indépendante de gestion de placements diversifiés à l’échelle mondiale. AGF apporte de la discipline en offrant l’excellence en matière de gestion de placements par l’entremise de ses volets axés sur des activités fondamentales et quantitatives de même que sur des actifs non traditionnels et des avoirs de particuliers bien nantis, afin de procurer une expérience exceptionnelle à la clientèle. La gamme de solutions d’investissement d’AGF s’étend à l’échelle mondiale à une vaste clientèle, depuis les conseillers financiers jusqu’aux investisseurs particuliers et aux investisseurs institutionnels comprenant des caisses de retraite, des programmes d’entreprise, des fonds souverains, des fonds de dotation et des fondations.

Pour de plus amples renseignements, veuillez visiter AGF.com.

Ⓒ 2018 La Société de Gestion AGF Limitée. Tous droits réservés.

Auteur :

Martin Grosskopf

Martin Grosskopf, MBA, MES

Vice-président et gestionnaire de portefeuille

Placements AGF Inc.

Traduit de l'anglais.

D'autres articles semblables.

L’intégration des facteurs ESG : une priorité pour les investisseurs

L’intégration des facteurs ESG : une priorité pour les investisseurs

De nos jours, on constate plus que jamais que l’intégration des questions ESG est considérée comme un moyen de créer de la valeur à long terme pour les actionnaires et de contribuer, par le fait même, à l’amélioration de l’environnement et de la santé des collectivités, de même qu’au maintien de bonnes pratiques de gouvernance de la part des entreprises.

Tout lire
Les technologies financières créeront-elles un bouleversement de taille?

Les technologies financières créeront-elles un bouleversement de taille?

Les technologies financières viennent bouleverser le segment des paiements interentreprises, une transformation attendue qui représente…

Tout lire
Foire aux questions : le point sur les instruments de crédit

Foire aux questions : le point sur les instruments de crédit

Le placement dans les instruments de crédit est souvent mal interprété en tant que simple méthode visant l’accroissement des rendements, qui convient à des investisseurs simplement en quête d’une solution axée sur des rendements accrus. Mais pour moi, il a toujours été question d’un exercice visant à maximiser les rendements globaux (plutôt que d’une simple recherche de taux de rendement), lesquels peuvent provenir d’encaissements de coupons ou d’une appréciation des cours. En outre, on ne peut atteindre l’objectif d’une recherche de rendements optimaux ne sans tenir compte des risques inhérents à un secteur, un thème de placement ou une société. Selon moi, compte tenu de la nature asymétrique et du rapport risque-rendement de la catégorie d’actif, le placement dans des instruments de crédit consiste d’abord à éviter les mauvais placements, avant de choisir les bons.

Tout lire