Aperçus des marchés

Les actions des marchés émergents offrent une meilleure diversification qu’on pourrait le croire

Auteur : 

jeudi 13 septembre 2018

Les actions des marchés émergents n’ont pas toujours offert la diversification que les investisseurs canadiens recherchent quand ils choisissent d’investir à l’étranger, mais cela n’est peut-être plus le cas, compte tenu des changements importants apportés à la composition sectorielle des pays en voie de développement, au cours des dix dernières années.

Par le passé, les marchés boursiers des marchés émergents et du Canada étaient fortement pondérés en faveur des produits de base : les sociétés des secteurs de l’énergie et des matériels représentaient près de 30 % de l’indice MSCI Marchés émergents et plus de 50 % de l’indice MSCI Canada en 2008. Par conséquent, les corrélations entre les deux indices ont été communément élevées, ce qui a souvent entraîné des rendements beaucoup moins dissociés qu’on ne l’aurait voulu dans un portefeuille bien équilibré.

Les actions des marchés émergents offrent une meilleure diversification qu’on pourrait le croire

Toutefois, cette relation n’est plus du tout la même aujourd’hui. Le changement est attribuable en grande partie à la transformation technologique qui se produit sur les marchés émergents et qui a poussé les sociétés comme Tencent Holdings Ltd., Alibaba Group Holding Ltd. et Samsung Electronics Co. Ltd. au centre de la scène mondiale. De ce fait, le secteur des technologies de l’information représente maintenant la plus importante pondération de l’indice MSCI Marchés émergents, qui est passée de 10 % il y a dix ans à 27 %. À titre de comparaison, la pondération des sociétés des secteurs de l’énergie et des matériels a reculé au cours de la même période pour atteindre 15 %.

Les actions des marchés émergents offrent une meilleure diversification qu’on pourrait le croire

Les actions des marchés émergents offrent une meilleure diversification qu’on pourrait le croire

Entre-temps, au Canada, les principaux indices boursiers sont toujours dominés par les secteurs de la finance, de l’énergie et des matériels (quoique dans une moindre mesure dans les deux derniers cas). De plus, cette modification de la composition sectorielle relative a permis de réduire la corrélation avec les marchés émergents à un niveau qui offre une meilleure diversification à ceux qui sont exposés aux deux marchés.

Outre cet avantage particulier, les investisseurs canadiens dont les actions des marchés émergents représentent un certain pourcentage de leurs portefeuilles peuvent également profiter d’une répartition de l’actif plus conforme à celle de l’univers des actions mondiales.

Cette constatation est particulièrement pertinente pour ceux qui ont une forte préférence pour les investissements locaux. Les Canadiens attribuent en moyenne environ 54 % de leurs avoirs aux actions canadiennes, selon les données recueillies par le Fonds monétaire international. Pourtant, les actions canadiennes ne constituent que 3 % du marché boursier mondial (représenté par l’indice MSCI Monde [tous pays]). De plus, puisque les investisseurs canadiens investissent le reste de leurs portefeuilles à l’échelle mondiale, il est probable que, dans de nombreux cas, la pondération en actions des marchés émergents soit nettement inférieure à leur représentation totale de 12 % sur le marché mondial.

Enfin, nous croyons que les actions des marchés émergents recèlent une occasion de croissance à long terme, soutenue par l’accroissement de la classe moyenne, qui s’observe surtout dans les pays émergents d’Asie, et par l’écart positif du PIB par rapport aux marchés développés. Étant donné qu’actuellement, les actions des marchés émergents se négocient moyennant des réductions considérables (dans les dizaines) par rapport aux actions canadiennes et américaines, il peut s’agir d’un bon moment pour investir

Les commentaires que renferme le présent document sont fournis à titre de renseignement d’ordre général basés sur des informations disponibles au 10 septembre 2018 et ne devraient pas être considérés comme des conseils personnels en matière de placement, une offre ou une sollicitation d’achat ou de vente de valeurs mobilières. Nous avons pris les mesures nécessaires pour nous assurer de l’exactitude de ces commentaires au moment de leur publication, mais cette exactitude n’est pas garantie. Les conditions du marché peuvent changer et le gestionnaire de portefeuille n’accepte aucune responsabilité pour des décisions de placement prises par des individus et découlant de l’utilisation ou sur la foi des renseignements contenus dans ce document. Nous invitons les investisseurs à obtenir les conseils d’un conseiller financier.
Toute projection financière est fondée sur les opinions des gestionnaires de portefeuille et ne constitue pas une prévision. Les énoncés prospectifs et les opinions peuvent évoluer en fonction de la situation économique et sont fonction d’un certain nombre d’incertitudes qui pourraient amener les résultats réels à différer considérablement de ceux mentionnés dans les énoncés prospectifs.
Les références à des titres en particulier sont présentées uniquement pour illustrer l’application de notre philosophie de placement et ne doivent pas être considérées comme des recommandations de la part de Placements AGF Inc.
Placements AGF est un groupe de filiales en propriété exclusive de La Société de Gestion AGF Limitée, un émetteur assujetti au Canada. Les filiales faisant partie de Placements AGF sont Placements AGF Inc. (« AGFI »), Gestion de placements Highstreet (« Highstreet »), AGF Investments America Inc. (« AGFA »), AGF Asset Management (Asia) Limited (« AGF AM Asia ») et AGF International Advisors Company Limited (« AGFIA »). AGFA est inscrite aux États-Unis à titre de conseiller. AGFI et Highstreet sont inscrites à titre de gestionnaires de portefeuille auprès des commissions des valeurs mobilières canadiennes. AGFIA est réglementée par la Central Bank of Ireland et est inscrite auprès du Australian Securities & Investments Commission. AGF AM Asia est inscrite à Singapour à titre de gestionnaire de portefeuille. Les filiales faisant partie de Placements AGF gèrent plusieurs mandats comprenant des actions, des titres à revenu fixe et des éléments d’actif équilibrés.

Au sujet de La Société de Gestion AGF Limitée

ondée en 1957, La Société de Gestion AGF Limitée (AGF) est une société indépendante de gestion de placements diversifiés à l’échelle mondiale. AGF apporte de la discipline en offrant l’excellence en matière de gestion de placements par l’entremise de ses volets axés sur des activités fondamentales et quantitatives de même que sur des actifs non traditionnels et des avoirs de particuliers bien nantis, afin de procurer une expérience exceptionnelle à la clientèle. La gamme de solutions d’investissement d’AGF s’étend à l’échelle mondiale à une vaste clientèle, depuis les conseillers financiers jusqu’aux investisseurs particuliers et aux investisseurs institutionnels comprenant des caisses de retraite, des programmes d’entreprise, des fonds souverains, des fonds de dotation et des fondations.

Pour de plus amples renseignements, veuillez visiter AGF.com.

Ⓒ 2018 La Société de Gestion AGF Limitée. Tous droits réservés.

D'autres articles semblables.

Tempête à l’horizon : les marchés subissent de plein fouet les effets de l’ouragan Michael et la Fed s’attire les foudres du président

Steve Bonnyman livre son avis sur la récente volatilité qui s’est emparée des marchés sous…

Tout lire

Tarifs douaniers sur l’acier et détails épineux dans l’AEUMC

•Le ministre des Finances Bill Morneau a déclaré la semaine dernière l’imposition immédiate de droits de douane et de contingents tarifaires afin d’éviter que le marché canadien se retrouve inondé par des importations d’acier provoquées par les taxes douanières américaines. Ces « mesures de sauvegarde provisoires » (considérées comme des actions d’urgence par l’Organisation mondiale du commerce) concernent sept produits de l’acier et s’appliquent à tous les pays, notamment la Chine, mais prévoient toutefois des exemptions pour les États-Unis et le Mexique, ainsi que pour de nombreux pays en développement.

Tout lire

La fièvre qui s’est emparée du marché du cannabis pourrait-elle recréer la bulle boursière de 1999?

Les investisseurs de détail ont visiblement été pris d’un véritable engouement à la perspective de voir émerger, au cours des prochains mois, un marché mondial entièrement consacré au cannabis.

Tout lire