Les chiffres de l’emploi sont décevants aux États-Unis, alors que le Canada enregistre une augmentation

Auteur : Groupe de spécialistes des portefeuilles

lundi 9 avril 2018

Ralentissement de l’emploi aux États-Unis

  • Les emplois créés en mars se sont limités à 103 000 aux États-Unis, un plancher sur six mois qui fait contraste avec la création de 326 000 emplois du mois précédent. Les services professionnels et aux entreprises ont dominé, puisque 33 000 postes ont été créés dans ces domaines, tandis que le secteur de la construction figurait parmi les moins bien lotis, avec 15 000 emplois perdus.
  • Le taux de chômage aux États-Unis s’est maintenu à 4,1 % pour un sixième mois consécutif, ce qui représente son plus faible niveau des 17 dernières années.
  • La croissance des salaires a accéléré de 0,3 %, soit une progression annualisée du salaire horaire moyen conforme aux attentes à 2,7 %.

Embellie des indicateurs économiques dans la zone euro

  • Le marché de l’emploi dans la zone euro a poursuivi sa progression et le taux de chômage a diminué de 0,1 % en février pour atteindre 8,5 %, son plus faible niveau depuis 2008.
  • L’inflation, également communiquée au cours de la semaine, s’est établie à 1,4 % en données annualisées en février, alors qu’elle ne s’élevait qu’à 1,1 % le mois précédent. L’inflation de base demeure bien inférieure à l’objectif de la Banque centrale européenne, à un rythme annualisé de 1,1 %.
  • Les ventes au détail ont été décevantes dans la région, puisqu’elles n’ont progressé que de 0,1 % en février, et elles ont augmenté de 1,8 % sur les douze derniers mois. À l’exception des activités dans le secteur des aliments et boissons, les ventes ont été relativement faibles au cours du mois.

Progression soutenue de l’emploi au Canada

  • L’économie canadienne a créé 32 300 emplois en mars, soit deux fois plus que le mois précédent. Le premier trimestre s’était toutefois clôturé en territoire négatif en raison du fort recul enregistré en janvier. La progression du mois de mars était attribuable à la création de 68 300 postes à temps plein, ce qui a largement compensé la perte de 35 900 postes à temps partiel.
  • Les secteurs de la construction, de l’administration publique et de l’éducation ont enregistré des améliorations notables, tandis que le nombre d’emplois dans le secteur industriel a diminué. À l’échelle régionale, le Québec a contribué à près de la moitié des gains, tandis que l’Ontario et l’Alberta affichaient une croissance considérable sur le plan de l’emploi.
  • En raison d’une augmentation de la population active, le taux de chômage n’a pas changé au mois de mars et s’est stabilisé à 5,8 %. Le salaire horaire moyen n’a pas non plus évolué par rapport au mois précédent puisqu’il affiche toujours une progression annualisée de 3,1 %.

Autres nouvelles économiques

  • Dans la zone euro, l’indice PMI manufacturier s’est maintenu à 56,6 en mars, notamment grâce à la contribution importante de l’Allemagne dont l’indice reflète toujours clairement un contexte d’expansion à 58,2 (malgré une diminution de 0,2). En Chine, l’indice PMI manufacturier Caixin est passé de 51,6 le mois dernier à 51,0. Aux États-Unis, l’indice PMI manufacturier ISM a baissé de façon inattendue à 59,3 points, mais il continue de se maintenir près des sommets des 13 dernières années.
  • La production industrielle de l’Allemagne a diminué de 1,6 % en février alors qu’on s’attendait à une légère progression. Ce recul, le plus considérable depuis 2015, concernait plusieurs secteurs économiques, ce qui suggère que la plus importante économie de la zone euro a ralenti au premier trimestre.

À suivre

Données sur l’inflation aux États-Unis et sur le logement au Canada

  • Les pressions inflationnistes devraient se concrétiser davantage en mars aux États-Unis, quand les chiffres seront communiqués mercredi. Au Canada, la semaine devrait être relativement calme, outre les nombres de mises en chantier et de permis de construire qui seront publiés.

Point hebdomadaire sur les marchés

© 2018 La Société de Gestion AGF Limitée. Tous droits réservés. Visitez https://perspectives.agf.com

D'autres articles semblables.

La Banque du Canada relève son taux directeur en dépit des préoccupations commerciales

Relèvement des taux de la Banque du Canada La Banque du Canada (BdC) a, sans…

Tout lire

Pourquoi les tensions commerciales tiendront-elles les investisseurs sur un pied d’alerte

Les négociations en cours entre les États-Unis et ses principaux partenaires commerciaux continueront de jouer un rôle important dans la direction que prendront les marchés boursiers au second semestre de 2018.

Tout lire

Argument en faveur des actions américaines à petite capitalisation dans une conjoncture de guerre commerciale

Les sociétés dont les revenus proviennent de l’étranger dans une moindre mesure pourraient s’en sortir mieux relativement aux tarifs douaniers.

Tout lire