Les faillites d’entreprises se multiplient et l’inflation accélère au Canada
For Print Only Logo
Aperçus des marchés

Les faillites d’entreprises se multiplient et l’inflation accélère au Canada

Auteur : La Rédaction AGF

Le 26 novembre 2018

  • L’insolvabilité des entreprises canadiennes a augmenté de 4,6 % au troisième trimestre, une progression qui n’avait pas été enregistrée depuis au moins six ans et qui révèle les conséquences de la hausse des coûts d’emprunt pour les sociétés. Pas moins de 826 entreprises ont déclaré faillite au cours du trimestre terminé en septembre, par rapport à 790 à la même période l’an dernier, d’après les informations communiquées la semaine dernière par le Bureau du surintendant des faillites. Le Québec, l’Alberta et le Manitoba ont enregistré les plus fortes dégradations. Sur le plan sectoriel, le commerce de détail, les transports, la construction et les industries ont été les plus durement touchés. L’insolvabilité a augmenté de 17,5 % en septembre, le dernier mois du trimestre.
  • Le gouvernement fédéral a enfin dévoilé ses intentions d’investissement pour aider l’économie canadienne à concurrencer celle des États-Unis, mesure phare de son dernier énoncé économique, lequel prévoit par ailleurs des déficits annuels légèrement plus importants pour les prochaines années. Fortement incité par la communauté des entreprises à diminuer massivement le taux d’imposition des sociétés en réponse aux réformes fiscale et réglementaire décidées aux États-Unis, le ministre canadien des Finances Bill Morneau a opté pour une approche plus sobre, à savoir des dispositifs d’incitation fiscale pour les sociétés qui investissent au pays, mais qui nécessiteront malgré tout des milliards de dollars dans le cadre du budget fédéral.
  • L’inflation a légèrement accéléré au Canada au mois d’octobre, en raison d’un coût plus élevé des automobiles, tout en restant dans l’ensemble proche de l’objectif fixé par la banque centrale. L’indice des prix à la consommation a enregistré un rythme annuel d’augmentation supérieur aux attentes, à 2,4 %, au cours du mois, par rapport à 2,2 % en septembre, selon les données communiquées par Statistique Canada la semaine dernière.
  • L’organisme a également déclaré que les ventes au détail avaient augmenté de 0,2 % en septembre par rapport au mois d’août, en partie grâce à une hausse des achats dans les épiceries et dans les concessions automobiles. Les analystes tablaient sur une progression de 0,1 %. En supprimant les effets de la variation des prix, les volumes ont augmenté de 0,5 %. Les ventes ont progressé dans 6 sous-secteurs parmi les 11 répertoriés, soit 75 % de l’ensemble des transactions au détail, notamment dans les magasins d’alimentation et de boissons (+0,9 %) et particulièrement dans les supermarchés et autres détaillants alimentaires (+1,7 %). En revanche, les commerces de bière, de vin et d’alcool ont enregistré une baisse de 1,7 % de leurs recettes. Les stations-service ont également accusé une baisse 1,1 % des ventes, la quatrième chute mensuelle consécutive, en partie en raison de la baisse des prix. Le revenu brut des vendeurs de véhicules et de pièces de rechange a au contraire augmenté de 0,5 %.

Les consommateurs américains oublient la dinde et passent l’Action de grâce à magasiner en ligne

  • Les ventes sur Internet ont atteint 3,7 G$ le jour de l’Action de grâce aux États-Unis, une progression de 28 % par rapport à l’an dernier, selon Adobe Analytics. La société, qui effectue le suivi des transactions de 80 détaillants électroniques parmi les 100 plus importants, a également précisé que la journée de jeudi avait enregistré une croissance des activités de commerce électronique jamais égalée et que (pour la première fois en 2018) les ventes de téléphones intelligents avaient atteint 1 G$, les consommateurs ayant dépensé ce jour-là 8 % de plus que l’an dernier. En outre, Amazon a déclaré « des ventes records au Royaume-Uni, le Vendredi fou devenant un événement de plus en plus international ».
  • L’indice Flash des directeurs d’achat du secteur manufacturier IHS Markit pour les États-Unis s’est élevé à 55,4, alors que les prévisions s’établissaient à 55,7. Révélateur de la santé générale du secteur industriel, l’indice est tombé à un creux de trois mois. IHS Markit a déclaré que la croissance demeurait soutenue en novembre malgré le léger ralentissement, qui s’explique par une progression limitée de la production et un rythme d’accumulation des stocks relativement plus faible qu’en novembre. Des contraintes de production et des chaînes d’approvisionnement tendues ont apparemment entravé la progression des activités d’après plusieurs répondants au sondage.

Les différends commerciaux et la hausse des taux pèsent sur la croissance mondiale

  • Selon les dernières prévisions de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), la croissance économique mondiale continuera de ralentir l’an prochain, sur fond de poursuite des tensions commerciales et de hausse des taux d’intérêt. L’organisme établi à Paris n’entrevoit pourtant aucune récession à l’horizon. La croissance mondiale passera ainsi de 3,7 % cette année à 3,5 % en 2019 et en 2020, alors que les prévisions initiales de l’année 2019 s’établissaient à 3,7 %. Le ralentissement risque de frapper plus durement les économies en développement, car la hausse des taux d’intérêt nuira à la poursuite des investissements dans des pays comme le Brésil, la Russie, la Turquie et l’Afrique du Sud. Les expéditions de marchandises industrielles ont augmenté de 0,2 % en septembre, après une baisse de 0,5 % en août. Les ventes ont augmenté pour 8 des 21 grandes catégories répertoriées, notamment les équipements de transport (+3,1 %), les produits chimiques (+1,4 %) et les produits dérivés du pétrole et du charbon (+0,9 %).

À suivre

Chiffres du PIB du Canada, données du logement aux États-Unis

Au Canada, les investisseurs surveilleront les chiffres du PIB du troisième trimestre. Aux États-Unis, les ventes de maisons nouvelles et existantes seront communiquées.

 

Sources : BMO Economics, Services économiques TD, Reuters, CNBC, le 23 novembre 2018

 

 

Point hebdomadaire sur les marchés

 

 

Sources : Bloomberg, le 23 novembre 2018

 

Les commentaires que renferme ce document sont fournis à titre de renseignements d’ordre général basés sur des informations disponibles le 23 novembre 2018 et ne devraient pas être considérés comme des conseils personnels en matière de placement, une offre ou une sollicitation d’achat ou de vente de valeurs mobilières. Nous avons pris toutes les mesures nécessaires pour nous assurer de l’exactitude de ces commentaires au moment de leur publication, mais elle n’est pas garantie. Les conditions du marché peuvent changer et le gestionnaire de portefeuille n’accepte aucune responsabilité pour des décisions de placement prises par des individus à la suite de l’utilisation ou sur la foi des informations contenues dans ce document.

 

Date de publication : 26 novembre 2018

Au sujet de La Société de Gestion AGF Limitée

Fondée en 1957, La Société de Gestion AGF Limitée (AGF) est une société indépendante de gestion de placements diversifiés à l’échelle mondiale. AGF apporte de la discipline en offrant l’excellence en matière de gestion de placements par l’entremise de ses volets axés sur des activités fondamentales et quantitatives de même que sur des actifs non traditionnels et des avoirs de particuliers bien nantis, afin de procurer une expérience exceptionnelle à la clientèle. La gamme de solutions d’investissement d’AGF s’étend à l’échelle mondiale à une vaste clientèle, depuis les conseillers financiers jusqu’aux investisseurs particuliers et aux investisseurs institutionnels comprenant des caisses de retraite, des programmes d’entreprise, des fonds souverains, des fonds de dotation et des fondations.

Pour de plus amples renseignements, veuillez visiter AGF.com.

Ⓒ 2018 La Société de Gestion AGF Limitée. Tous droits réservés.

D'autres articles semblables.

Perspectives 2019 : l’année qui s’amorce – Première partie

Perspectives 2019 : l’année qui s’amorce – Première partie

Une récession est-elle imminente? Kevin McCreadie explique pourquoi un tel événement paraît peu probable en 2019….

Tout lire
Vue d’ensemble : Historique des corrections du marché

Vue d’ensemble : Historique des corrections du marché

Les commentaires que renferme le présent document sont fournis à titre de renseignements d’ordre général…

Tout lire
L’intégration des facteurs ESG : une priorité pour les investisseurs

L’intégration des facteurs ESG : une priorité pour les investisseurs

De nos jours, on constate plus que jamais que l’intégration des questions ESG est considérée comme un moyen de créer de la valeur à long terme pour les actionnaires et de contribuer, par le fait même, à l’amélioration de l’environnement et de la santé des collectivités, de même qu’au maintien de bonnes pratiques de gouvernance de la part des entreprises.

Tout lire