Les préparatifs du Brexit : pas seulement un défi pour la Grande-Bretagne
For Print Only Logo
Aperçus des marchés

Les préparatifs du Brexit : pas seulement un défi pour la Grande-Bretagne

Auteur : 

vendredi 8 juin 2018

Le Brexit est un processus et non pas un événement

Plus tôt cette semaine, j’ai eu le privilège de faire partie d’un panel axé sur les préparatifs du Brexit (Preparing for Brexit Not Just a British Challenge), en compagnie du très honorable lord-maire de la ville de Londres et de l’honorable Michael H. Wilson, président du conseil de Barclays Canada.

Des échanges animés ont eu lieu sur le commerce, les occasions futures et l’incidence à prévoir sur les services financiers et d’autres domaines d’affaires à l’échelle mondiale, à la suite du Brexit. Nous avons discuté des occasions pour le Canada  et d’une nouvelle entente commerciale.

Nous avons toutefois convenu qu’en ce qui concerne le Brexit, de nombreuses questions sont encore sans réponse. C’est une période d’incertitude constante et ses conséquences restent indéfinies. Aucun État membre n’a encore quitté l’Union européenne et le fonctionnement de l’article 50 n’a jamais été mis à l’essai.

Vraisemblablement, le Brexit donnera lieu à un certain nombre de bouleversements pour le Royaume-Uni, sur les plans du commerce, de l’emploi et de la réglementation. Certains de ces changements seront avantageux, mais quelques-uns exigeront du temps. Je suis d’avis que les entreprises disposent actuellement d’une occasion unique de prendre des mesures proactives afin de se préparer en vue des défis et des ouvertures qui se présenteront.

En tant que président du conseil et chef de la direction d’AGF, j’ai partagé la perspective unique d’une société canadienne de gestion de l’actif qui assume sa présence à l’échelle mondiale, notamment à Dublin, en plus de celle issue de mon rôle au sein du conseil de Smith & Williamson – une société de premier plan qui offre des services de gestion privée des investissements aux particuliers et compte près de 700 actionnaires dont AGF, qui détient une participation de 32,7 %.

Nous nous sommes intéressés au créneau des particuliers du Royaume-Uni en 1998, dans le but de mettre en œuvre notre stratégie d’investissement à long terme dans cette région et d’affermir notre présence sur la scène mondiale. Vingt ans plus tard, nous continuons de voir des occasions au Royaume-Uni et nous considérons qu’en étant sur place, nous disposons d’un autre moyen de procurer de la valeur stratégique à nos actionnaires.

La perspective du Brexit n’a pas changé notre position. Londres constitue depuis des siècles une voie essentielle aux échanges financiers de partout dans le monde – et mes collègues à Smith & Williamson ne prévoient pas qu’elle jouera un rôle différent.

Le secteur des services financiers de Londres représente toujours 12 % environ des retombées économiques britanniques, en plus d’employer à peu près 1,1 million de personnes.

Si l’on jette un regard sur les cinq prochaines années, il n’y a aucun doute que le secteur des services financiers de Londres continuera de contribuer fortement à l’économie du Royaume-Uni. Ce secteur s’adaptera comme il l’a toujours fait et continuera de réussir.

Moins d’un an avant que la Grande-Bretagne ne se sépare de l’Union européenne, il n’y a aucun signe d’exode. La transition amènera des rajustements, mais je m’attends à ce qu’ils soient graduels plutôt que radicaux. Le Brexit est un processus et non pas un événement.

Les opinions exprimées dans cet article sont celles de l’auteur et ne représentent pas nécessairement le point de vue d’AGF, de ses filiales et de toute autre société apparentée ou affiliée, et ne peuvent être associées à aucun fonds ni à aucune stratégie d’investissement.

Au sujet de La Société de Gestion AGF Limitée

ondée en 1957, La Société de Gestion AGF Limitée (AGF) est une société indépendante de gestion de placements diversifiés à l’échelle mondiale. AGF apporte de la discipline en offrant l’excellence en matière de gestion de placements par l’entremise de ses volets axés sur des activités fondamentales et quantitatives de même que sur des actifs non traditionnels et des avoirs de particuliers bien nantis, afin de procurer une expérience exceptionnelle à la clientèle. La gamme de solutions d’investissement d’AGF s’étend à l’échelle mondiale à une vaste clientèle, depuis les conseillers financiers jusqu’aux investisseurs particuliers et aux investisseurs institutionnels comprenant des caisses de retraite, des programmes d’entreprise, des fonds souverains, des fonds de dotation et des fondations.

Pour de plus amples renseignements, veuillez visiter AGF.com.

Ⓒ 2018 La Société de Gestion AGF Limitée. Tous droits réservés.

Auteur :

Blake C. Goldring

Blake C. Goldring, M.S.M., CD, LL.D., CFA

Président exécutif du conseil

La Société de Gestion AGF Limitée

Traduit de l'anglais.

D'autres articles semblables.

Situation du commerce en Amérique du Nord après l’AEUMC

Situation du commerce en Amérique du Nord après l’AEUMC

L’accalmie est bienvenue, mais il ne faut pas négliger les barrières non tarifaires La semaine…

Tout lire
Le sondage de l’IFIC prête une voix aux investisseurs canadiens

Le sondage de l’IFIC prête une voix aux investisseurs canadiens

L’Institut des fonds d’investissement du Canada (IFIC) et la société Pollara Strategic Insights ont récemment…

Tout lire
Chute du nombre d’emplois créés aux États-Unis; record annuel au Canada

Chute du nombre d’emplois créés aux États-Unis; record annuel au Canada

•Le Département du Travail des É.-U. a publié la semaine dernière ses chiffres officiels de l’embauche et du chômage pour le mois de septembre, lesquels dressent le portrait le plus récent de l’économie américaine. Dans les faits, 134 000 emplois ont été créés le mois dernier, alors que les économistes de Wall Street misaient sur 168 000. D’après le Département du Travail, les inscriptions hebdomadaires au chômage sont tombées à leur plus faible nombre en 49 ans et les demandes initiales de prestations d’assurance-emploi auprès de l’État se sont élevées à 207 000 (en données désaisonnalisées) pour la semaine terminée le 29 septembre, soit une diminution de 8 000.

Tout lire