Les pressions salariales ont-elles une incidence sur la chaîne d’approvisionnement?

Auteur : 

mardi 20 mars 2018

Comme le taux de chômage aux États-Unis se situe à un creux de cycle, le plus récent rapport sur l’emploi a donné un peu de répit aux investisseurs, face aux craintes grandissantes qui entourent l’inflation par les salaires. La forte progression du nombre de postes pourvus et le ralentissement du salaire horaire moyen laissent présager que l’économie ne tourne pas encore à plein régime. Au-delà des données officielles du gouvernement, notre équipe de recherche sur les actions nord-américaines qui travaille « sur le terrain » voit la réalité un peu différemment.

Au cours de la plus récente période de déclaration des bénéfices, nous avons observé une tendance de la part des entreprises nord-américaines du secteur de la consommation, qui font état de pressions accrues exercées sur les coûts salariaux en raison des augmentations obligatoires du salaire minimum et des pressions concurrentielles liées à la rétention des employés.

La plupart des entreprises du secteur de la consommation invoquent également la hausse des coûts de transport comme étant un obstacle aux bénéfices. Cette hausse constituait déjà une source de préoccupation avant la saison des ouragans qui a causé des dommages considérables aux États-Unis et la situation s’est aggravée par la suite et tout indique qu’elle n’ira pas en s’améliorant, du moins dans un proche avenir. La chaîne d’approvisionnement s’en est trouvée perturbée, puis les travailleurs ont commencé à migrer vers les États du Golfe pour participer aux efforts de reconstruction, ce qui a aggravé la pénurie de conducteurs.

Un porte-parole de la société de transport par camions J.B. Hunt a déclaré, dans le cadre d’une conférence à laquelle nous avons récemment assisté, que sur son parc de 1 200 camions de transport long-courrier, 200 sont inutilisés faute de conducteurs qualifiés. L’entreprise répercute les pressions que cette situation exerce sur les coûts à ses clients; apparemment, J.B Hunt a augmenté de 10 à 13 % le prix de ses contrats qui entreront en vigueur au cours des prochains mois, comparativement à des hausses de 5 à 7 % pendant la deuxième moitié de 2017. De son côté, lors d’une réunion qui s’est tenue récemment, la société Chemin de fer Canadien Pacifique a indiqué que sur certains trajets de transport par camions aux États-Unis, les prix ont augmenté de 40 %. La conduite autonome va atténuera probablement ce problème en ce qui concerne la disponibilité des conducteurs, mais il faudra attendre encore un certain nombre d’années avant sa mise en œuvre publique et il est peu probable que cela ait une incidence sur le cycle actuel.

Ces préoccupations quant à la main-d’œuvre et aux coûts de transport vont au-delà des secteurs de la consommation et de l’industrie. Les entreprises de produits forestiers sont elles aussi aux prises avec des pressions salariales, notamment les scieries des États du Sud qui doivent rivaliser avec Walmart pour attirer des employés, et les sociétés minières se trouvent dans une situation similaire.

Dans le contexte des placements, nous allons attendre de voir comment cette tendance se dessinera à plus long terme avant de modifier sensiblement notre thèse d’investissement. Le projet de loi sur la réforme fiscale américaine adopté en décembre a peut-être eu un impact significatif, car les entreprises ont transmis une partie de leurs économies d’impôt à leurs employés sous forme d’augmentations de salaires et de primes ponctuelles. En outre, de nombreux emplois qui ont fait grimper les statistiques du mois dernier sont des postes de niveau inférieur, ce qui devrait réduire les pressions sur les salaires à l’échelle nationale.

Nos analystes continueront de suivre l’évolution de la situation « sur le terrain », sachant que les investisseurs seraient bien avisés d’adopter une méthode rigoureuse qui va au-delà des statistiques et qui relie une multitude de données afin de prendre des décisions de placement plus éclairées.

 

 

Les commentaires que renferme le présent document sont fournis à titre de renseignements d’ordre général fondés sur des informations disponibles au 15 mars 2018 et ne devraient pas être considérés comme des conseils personnels en matière de placement, une offre ou une sollicitation d’achat ou de vente de valeurs mobilières. Nous avons pris les mesures nécessaires pour nous assurer de l’exactitude de ces commentaires au moment de leur publication, mais cette exactitude n’est pas garantie. Les conditions du marché peuvent changer et le gestionnaire de portefeuille n’accepte aucune responsabilité pour des décisions de placement prises par des individus et découlant de l’utilisation ou sur la foi des renseignements contenus dans le présent document. Les investisseurs devraient obtenir les conseils spécialisés d’un conseiller financier.
Toute référence concernant des titres spécifiques est présentée à des fins d’illustration uniquement et ne devrait pas être considérée comme un conseil ou une recommandation. Les titres spécifiques identifiés et décrits dans le présent document ne devraient pas être considérés comme une indication sur la façon dont le portefeuille investit ou investira différents mécanismes de placement, et il ne faut pas supposer que les investissements dans les titres identifiés étaient ou seraient rentables.
Placements AGF est un groupe de filiales en propriété exclusive de La Société de Gestion AGF Limitée, un émetteur assujetti au Canada. Les filiales faisant partie de Placements AGF sont Placements AGF Inc. (« PAGFI »), AGF Investments America Inc. (« AGFA »), AGF Asset Management (Asia) Limited (« AGF AM Asia ») et AGF International Advisors Company Limited (« AGFIA »). AGFA est inscrite aux États-Unis à titre de conseiller. PAGFI est inscrite à titre de gestionnaire de portefeuille auprès des commissions de valeurs mobilières canadiennes. AGFIA est réglementée par la Central Bank of Ireland et est inscrite auprès de l’Australian Securities & Investments Commission. AGF AM Asia est inscrite à Singapour à titre de gestionnaire de portefeuille. Les filiales faisant partie de Placements AGF gèrent plusieurs mandats comprenant des actions, des titres à revenu fixe et des éléments d’actif équilibrés.

Auteur :

John Vermeer, MBA, CFA

Traduit de l'anglais.

Lire d'autres articles de

D'autres articles semblables.

Pourquoi les titres de l’énergie sont-ils à la traîne des cours du pétrole?

Le cours du pétrole brut a atteint la semaine dernière des sommets inégalés depuis trois…

Tout lire

Légère accélération de l’inflation aux États-Unis

Légère accélération de l’inflation aux États-Unis L’indice des prix a baissé de 0,1 % en…

Tout lire

Les investisseurs des marchés émergents surestiment-ils le risque d’une guerre commerciale?

La montée des tensions commerciales entre les États-Unis et la Chine met les investisseurs des marchés émergents (ME) à rude épreuve, mais les craintes d’un repli prolongé des actions sont peut-être exagérées.

Tout lire