Les statistiques économiques du Canada sont peu reluisantes

Auteur : Groupe de spécialistes des portefeuilles

lundi 11 juin 2018

Le marché du travail canadien ne répond pas aux attentes

  • L’économie canadienne a perdu 7 500 emplois en mai, un résultat qui s’avère nettement inférieur aux attentes et en deçà de la création de      20 000 emplois constatée en moyenne au cours des 12 derniers mois. La perte de 31 000 postes à temps plein a largement dépassé le gain de      23 600 postes à temps partiel. À l’échelle régionale, la Colombie-Britannique a enregistré le pire résultat, soit la perte de 12 400 emplois. Parmi les dix provinces, six ont affiché une croissance de leur marché du travail.
  • Les secteurs de la production de biens ont plombé les données; les activités de fabrication et de construction ont perdu des emplois. À l’inverse, les secteurs des services enregistraient de nouveau une vigueur soutenue en mai, marquée par la création de 21 500 emplois.
  • Le taux de chômage n’a pas changé au Canada, soit 5,8 %, en partie du fait de la baisse du taux de participation. Le salaire horaire moyen a en outre franchi un sommet en neuf ans et a atteint un rythme de croissance annualisé de 3,9 %.

Le marché canadien du logement amorce un ralentissement

  • Les mises en chantier ont diminué de 9,8 % en mai au Canada, mais la moyenne des 12 derniers mois demeure proche des plus hauts niveaux de 2008. Cette diminution provenait essentiellement du segment des copropriétés urbaines qui a enregistré une baisse de 16 % pour le mois à cause de restrictions de zonage imposées par le gouvernement, de la hausse des prix des matériaux ainsi que de l’incidence de l’augmentation des taux hypothécaires sur l’abordabilité du logement.
  • À l’échelle régionale, seule l’Alberta a clôturé en territoire positif pour le mois. Le nombre de mises en chantier a enregistré une progression neutre ou négative partout ailleurs. Le Québec et Ontario ont enregistré leur plus faible taux d’activité des douze derniers mois.
  • Parmi les deux marchés les plus dynamiques au pays, celui de Toronto a chuté de 13 % en mai, tandis que celui de Vancouver progressait de 14 %.

L’indice non manufacturier franchit un sommet aux États-Unis

  • L’indice ISM non manufacturier des États-Unis a atteint 58,6, après une progression soutenue de 1,8 en mai qui marquait le 100e mois consécutif d’expansion économique (l’indicateur dépasse 50,0).
  • Les nouvelles commandes et l’activité des entreprises ont étayé ce résultat à la hausse; 14 secteurs non manufacturiers parmi 18 ont clôturé le mois en croissance.
  • La majorité des répondants ont témoigné leur optimisme pour les sociétés du fait de la conjoncture et de la vigueur économique, mais ont exprimé des préoccupations au sujet des échanges commerciaux et des effets potentiels d’une augmentation des coûts du côté de l’offre.

Autres nouvelles économiques

  • Dans la zone euro, les ventes au détail n’ont inscrit qu’une très faible progression de 0,1 % en avril. La hausse des dépenses d’habillement et d’accessoires informatiques a été compensée par la baisse des achats de nourriture, de boisson et de tabac. En données annualisées, les ventes au détail de la zone euro ont progressé de 1,7 % par rapport à l’an dernier.
  • En Allemagne, la production industrielle a, contre toute attente, diminué de 1,0 % en avril, car les commandes manufacturières ont fléchi pour un quatrième mois consécutif. Cependant, la production du mois de mars a été révisée à la hausse à 1,7 %, par rapport à 1,0 % initialement. En France, la production industrielle a également déçu et n’a pas enregistré la légère progression prévue, pour diminuer au contraire de 0,5 % en avril.

À suivre

Nouvelle hausse de la Réserve fédérale?

  • Une nouvelle augmentation de 25 % du taux directeur de la banque centrale américaine demeure fortement attendue à l’issue de la réunion de mercredi. Les données concernant l’inflation et les ventes au détail aux États-Unis seront également publiées cette semaine. La Banque centrale européenne tient de son côté une réunion jeudi, mais aucun changement de politique n’est anticipé.

Point hebdomadaire sur les marchés

D'autres articles semblables.

La Réserve fédérale américaine révèle de nouvelles hausses à venir

La Réserve fédérale prévoit quatre hausses de taux en 2018 Pour la septième fois depuis…

Tout lire

Les données économiques laissent entrevoir une progression des marchés

Après une semaine chargée sur le plan des événements géopolitiques, des réunions des banques centrales…

Tout lire

Conséquences de la technologie financière

La technologie financière donne lieu à une révolution numérique dans le monde de la finance…

Tout lire