Perspectives hebdomadaires AGF – 18 décembre 2017

Auteur : Groupe de spécialistes des portefeuilles

lundi 18 décembre 2017

Un résumé des principales nouvelles économiques et un regard sur la suite des événements

La Réserve fédérale relève ses taux, comme prévu

  • Sans surprise, la Réserve fédérale américaine (la Fed) a relevé ses taux de 25 points de base, invoquant l’embellie du marché de l’emploi et l’accélération de la croissance économique. Il s’agit de la troisième hausse de taux d’intérêt cette année et de la cinquième au cours de ce cycle.
  • Mais le plus important concerne peut-être les prévisions de croissance du PIB, qui ont été portées à 2,5 % en 2017 et en 2018, au lieu de 2,4 % et 2,1 % respectivement. Les prévisions quant à l’inflation n’ont pas été modifiées et devraient se maintenir en deçà de l’objectif de 2 % jusqu’en 2019.
  • Les derniers graphiques à points confirment les intentions de la Réserve fédérale de procéder à trois hausses de taux supplémentaires en 2018, deux à trois autres en 2019.

La BCE n’adopte aucun changement

  • La Banque centrale européenne (BCE) a maintenu ses taux ainsi que les montants de ses rachats d’actifs, précisant que les taux d’intérêt resteraient au même niveau « pour une période prolongée et au-delà même de la fin des rachats nets d’actifs. »
  • Sur une note positive, les prévisions de croissance du PIB ont été revues à la hausse, en raison des « améliorations significatives » des facteurs mondiaux, pour s’établir à 2,3 % en 2018 et à 1,9 % en 2019. Les prévisions d’inflation de la BCE pour 2018 se sont légèrement améliorées pour passer de 1,2 % à 1,4 %, un niveau cependant toujours bien inférieur à l’objectif de 2 %.
  • Le président Mario Draghi a conservé un ton relativement conciliant malgré ces révisions et a réitéré que la BCE se tenait prête à augmenter les rachats d’actifs si les perspectives économiques devenaient moins favorables.

La Banque d’Angleterre opte pour le statu quo, malgré des données favorables

  • À l’unanimité, la Banque d’Angleterre (BoE) a maintenu ses taux d’intérêt en décembre, en raison des incertitudes liées aux négociations du Brexit et de la réaction toujours « mitigée et relativement limitée » à la hausse du mois dernier.
  • Les données économiques au Royaume-Uni demeurent encourageantes, mais l’inflation est passée en novembre de 3,0 % à 3,1 % pour renouer avec un sommet de six ans. Le transport aérien a représenté la première cause d’augmentation de l’indice des prix, suivie par la hausse du coût des importations provoquée par la dépréciation de la livre sterling dans le sillage du Brexit. L’inflation de base s’est maintenue à 2,7 % pour un quatrième mois consécutif.
  • Le taux de chômage s’est maintenu à 4,3 % en octobre. Notons également que la croissance des salaires ne s’est élevée qu’à 2,3 %, un niveau inférieur à l’inflation qui préoccupe les responsables politiques.

Autres nouvelles économiques

  • L’inflation a accéléré de 0,4 % aux États-Unis en novembre, pour atteindre 2,2 % au cours des 12 derniers mois. De nombreux secteurs ont enregistré une hausse des prix, notamment l’énergie, les transports et les services publics. L’inflation de base n’a augmenté que de 0,1 %, son plus faible rythme des quatre derniers mois, et a fait tomber le taux annualisé à 1,7 %. Les ventes au détail ont également fait l’objet d’une communication aux États-Unis. Celles-ci ont augmenté de 8 % en novembre, soit deux fois plus que les attentes, grâce notamment aux ventes historiques du Cyber lundi, aux dépenses qui ont suivi les ouragans et à un excellent début d’activité pour le magasinage du temps des Fêtes. Les ventes au détail ont ainsi augmenté de 5,2 % par rapport à l’an dernier; un tel rythme n’avait pas été enregistré depuis 2012.
  • La zone euro continue à tirer son épingle du jeu à l’échelle mondiale sur le plan de l’activité industrielle et a enregistré une hausse inattendue de sa production de 0,2 % en octobre, soit 3,7 % en données annualisées. Au Japon, la production industrielle a bondi de 0,5 % au cours du mois pour s’élever à 5,9 %; tandis qu’en Chine, elle a enregistré un léger repli en novembre pour s’établir toutefois à 6,1 % en rythme annuel. Aux États-Unis, la production n’a pas atteint les prévisions au mois de novembre et n’a augmenté que de 0,2 %. Cette contraction a cependant concerné principalement le secteur des services publics, qui a ralenti de 1,9 %.

À suivre

Inflation et PIB au Canada

  • Le PIB canadien sera communiqué vendredi. On s’attend à une légère hausse pour le mois d’octobre. Les données concernant l’inflation et les ventes au détail devraient également faire l’objet d’une publication au cours de la semaine. Une mise à jour sur le secteur du logement américain sera également diffusée (mises en chantier ainsi que ventes de maisons neuves et existantes).

Point hebdomadaire sur les marchés

D'autres articles semblables.

La Réserve fédérale américaine révèle de nouvelles hausses à venir

La Réserve fédérale prévoit quatre hausses de taux en 2018 Pour la septième fois depuis…

Tout lire

Les données économiques laissent entrevoir une progression des marchés

Après une semaine chargée sur le plan des événements géopolitiques, des réunions des banques centrales…

Tout lire

Conséquences de la technologie financière

La technologie financière donne lieu à une révolution numérique dans le monde de la finance…

Tout lire