Perspectives hebdomadaires AGF – 29 janvier 2018

Auteur : Groupe de spécialistes des portefeuilles

lundi 29 janvier 2018

Un résumé des principales nouvelles économiques et un regard sur la suite des événements

L’économie américaine termine l’année 2017 en beauté, mais en deçà des attentes

  • Selon une première estimation, la croissance du PIB américain s’est établie à 2,6 % au quatrième trimestre (en données annualisées). Bien que légèrement inférieure aux anticipations, cette expansion économique reflète une demande intérieure vigoureuse, puisque les importations ont enregistré une progression de 13,9 % (en données annualisées) qui n’avait pas été égalée depuis au moins sept ans. Les investissements des entreprises et les dépenses du gouvernement ont également atteint un niveau élevé au cours de la période.
  • Le PIB américain aura progressé de 2,3 % en 2017, une nette amélioration par rapport au rythme de 1,5 % enregistré l’année précédente.
  • Autre donnée communiquée la semaine dernière, les ventes de maisons existantes aux États-Unis ont fléchi en décembre, après trois mois consécutifs de gains, et ont clôturé par un repli de 3,6 %. En données annualisées, la progression s’établit toutefois à 1,1 % par rapport à l’an dernier.

L’inflation canadienne ralentit

  • Les prix à la consommation ont chuté de 0,4 % en décembre pour enregistrer une progression annualisée de 1,9 %, par rapport à 2,1 % le mois précédent.
  • Sur une note positive toutefois, sept catégories parmi les huit répertoriées ont clôturé en territoire positif. Seuls les prix de l’essence et des télécommunications ont effectivement chuté, les derniers enregistrant leur plus fort repli en l’espace d’un mois en raison des rabais appliqués sur certains forfaits de téléphonie sans-fil. L’inflation de base a poursuivi sa progression et deux des trois mesures de la Banque du Canada ont augmenté, pour atteindre une moyenne de 1,8 %.
  • Les ventes au détail canadiennes ont également fait l’objet d’une communication la semaine dernière et ont progressé de 0,2 % en novembre, soit 6,5 % sur 12 mois.

La BCE et la BdJ ne procèdent à aucun changement

  • Lors de sa dernière réunion, la Banque centrale européenne (BCE) n’a envisagé aucun changement à sa politique monétaire et a déclaré que les taux directeurs « resteront à leurs niveaux actuels pour une période prolongée ». Dans la lignée de ce positionnement prudent, le président Mario Draghi a confirmé que les mesures d’assouplissement continueraient jusqu’en septembre et « au-delà, si nécessaire », malgré un euro qui évolue à son plus haut niveau des trois dernières années.
  • À cet égard, M. Draghi a souligné l’embellie économique et la sensibilité des marchés étrangers aux inflexions communiquées.
  • La Banque du Japon (BdJ) a également tenu une réunion la semaine dernière, à l’issue de laquelle elle a maintenu ses taux, conformément aux attentes. Tout comme son homologue de la BCE, le gouverneur Kuroda a adopté un ton plutôt optimiste et a mentionné le plein-emploi de l’économie japonaise ainsi que la progression de l’inflation vers l’objectif fixé, après le niveau de 0,9 % (en données annualisées) enregistré en décembre.

Autres nouvelles économiques

  • Dans la zone euro, l’indice industriel du PMI a progressé en janvier pour atteindre 59,6 et renouer avec un record qui datait de juin 2006. La région bénéficie toujours de la plus forte activité économique à l’échelle mondiale. Au Japon, le secteur industriel a également démontré de la vigueur et l’indice a franchi un sommet de quatre ans au cours du mois pour s’établir à 54,4. Aux États-Unis, l’année a bien démarré et l’indice industriel de janvier a bondi à 55,5.
  • Au Royaume-Uni, l’économie a connu un essor de 0,5 % au quatrième trimestre, soit 1,5 % en données annualisées, en grande partie grâce au secteur des services, qui représente près de 80 % du PIB. Le R.-U. a également communiqué des données très encourageantes sur le front de l’emploi en novembre, avec un taux de chômage de 4,3 % qui n’avait pas été atteint depuis 42 ans et la plus forte progression des salaires en presque un an, soit 2,4 %.

À suivre

Données sur l’emploi aux États-Unis ainsi que sur le PIB et l’inflation dans la zone euro

  • Les États-Unis communiqueront vendredi les chiffres concernant les emplois salariés non agricoles ainsi que le dernier taux de chômage du mois de janvier; tandis que se tiendra plus tôt dans la semaine la réunion du Federal Open Market Committee, qui devrait se conclure sans aucun changement de taux. Dans la zone euro, les données du PIB du quatrième trimestre ainsi qu’une mise à jour sur l’inflation et le marché de l’emploi seront communiquées au cours de la semaine.

Point hebdomadaire sur les marchés

D'autres articles semblables.

La Réserve fédérale américaine révèle de nouvelles hausses à venir

La Réserve fédérale prévoit quatre hausses de taux en 2018 Pour la septième fois depuis…

Tout lire

Les données économiques laissent entrevoir une progression des marchés

Après une semaine chargée sur le plan des événements géopolitiques, des réunions des banques centrales…

Tout lire

Conséquences de la technologie financière

La technologie financière donne lieu à une révolution numérique dans le monde de la finance…

Tout lire