Perspectives hebdomadaires AGF – 6 novembre 2017

Auteur : Groupe de spécialistes des portefeuilles

lundi 6 novembre 2017

« Un résumé des principales nouvelles économiques et un regard sur la suite des événements »

Repli du PIB canadien

• Le rythme de croissance soutenu de l’économie canadienne observé au premier semestre 2017 s’est interrompu en août, le PIB se contractant de 0,1 % au cours d’un premier mois négatif en près d’un an.

• Heureusement, ce repli n’a concerné que certains domaines d’activité. Parmi les 20 principaux secteurs répertoriés, 12 ont clôturé le mois en territoire positif. Le ralentissement de la production de biens, particulièrement dans le domaine des ressources et de la fabrication, a largement effacé la vigueur enregistrée par le secteur des services, qui a clôturé un 17e mois consécutif d’expansion économique.

• Les chiffres de ce milieu de troisième trimestre suggèrent que le PIB canadien devrait atteindre frôler les 2 % de croissance annuelle, confirmant les prévisions de la Banque du Canada.

Une semaine politique chargée à Washington

• Les Républicains à la Chambre des représentants des États-Unis ont dévoilé leur réforme fiscale dans un projet de loi comportant un certain nombre de propositions favorables au marché, notamment une baisse du taux d’imposition des sociétés de 35 % à 20 % et une réduction ponctuelle de l’impôt sur les bénéfices étrangers existants (12 % en espèces, 5 % pour les autres actifs). Les prochaines semaines seront consacrées à finaliser ces propositions afin de passer l’étape délicate du vote au Sénat.

• Le président Trump a nommé M. Jerome Powell président du Conseil des gouverneurs de la Réserve fédérale des États-Unis. Largement attendue, la nouvelle a suscité très peu de réactions sur les marchés, le positionnement de M. Powell ne divergeant que peu de celui de Mme Yellen.

• La Réserve fédérale a maintenu ses taux d’intérêt lors de sa dernière réunion, rappelant toutefois clairement son intention de procéder à de nouvelles hausses de façon progressive. Un troisième et dernier relèvement pour l’année 2017 est fortement attendu à l’issue de la réunion de décembre.

Communication des données sur l’emploi au Canada et aux États-Unis

• Avec un solde positif de 35 300 emplois en octobre, l’économie canadienne a dépassé les attentes, créant 88 700 emplois à temps plein, qui a compensé la diminution des postes à temps partiel. Autre bonne nouvelle, l’augmentation du salaire horaire moyen est passée de 2,2 % à 2,4 %. Parmi les dix provinces, sept ont enregistré une croissance, le Québec tirant particulièrement son épingle du jeu.

• Les données salariales aux États-Unis ont reflété la création de 261 000 postes en octobre, un chiffre inférieur aux prévisions de 310 000. Le contexte demeurait toutefois encourageant, compte tenu de la révision à la hausse des deux précédents mois, à hauteur de 90 000 postes. Ces nouvelles estimations révèlent la création de 18 000 emplois en septembre, et non la perte de 33 000 comme initialement annoncée, et suggèrent que les perturbations liées aux ouragans ont été moins graves que prévu.

• Le taux de chômage au Canada a légèrement augmenté pour s’établir à 6,3 %, en grande partie à cause d’une augmentation de la population active. À l’inverse, le taux de chômage aux États-Unis a diminué pour atteindre un creux de 17 ans, à 4,1 %, en raison d’une baisse considérable de la population active.

Autres nouvelles économiques

• La Banque d’Angleterre (BoE) a relevé son taux directeur pour la première fois depuis juillet 2007. Cette hausse de 25 points de base (à 0,5 %) annule la baisse de l’an dernier qui avait été décidée en urgence après le référendum sur le Brexit. La BoE a fait preuve d’une grande prudence dans ses commentaires, indiquant que toute hausse supplémentaire serait très progressive et limitée. La décision était largement attendue, puisque l’inflation a atteint au R.-U. un rythme qui n’avait pas été enregistré depuis cinq ans et que le chômage se situe à un creux de plusieurs décennies. Le Brexit demeure une source de préoccupation majeure pour la BoE, qui estime que l’effet sera significatif sur les perspectives économiques.

• Le taux de chômage dans la zone euro a été ramené à 8,9 % en septembre, son plus faible niveau des neuf dernières années, après une baisse de 1 % au cours des douze derniers mois. Le PIB a augmenté de 0,6 % au troisième trimestre et pourra normalement atteindre un rythme annualisé de 2,5 %, malgré un léger ralentissement par rapport au trimestre précédent. L’inflation s’est toutefois avérée inférieure aux attentes, diminuant à 1,4 % sur 12 mois en octobre.

À Suivre

Communication des données sur le logement au Canada

• Les chiffres du marché du logement seront publiés mercredi au Canada, notamment les mises en chantier et les permis de construire. La semaine sera par ailleurs relativement calme sur le plan des données économiques mondiales. La Chine publiera ses chiffres concernant l’inflation et le commerce extérieur du mois d’octobre.

Point hebdomadaire sur les marchés.

D'autres articles semblables.

La Réserve fédérale américaine révèle de nouvelles hausses à venir

La Réserve fédérale prévoit quatre hausses de taux en 2018 Pour la septième fois depuis…

Tout lire

Les données économiques laissent entrevoir une progression des marchés

Après une semaine chargée sur le plan des événements géopolitiques, des réunions des banques centrales…

Tout lire

Conséquences de la technologie financière

La technologie financière donne lieu à une révolution numérique dans le monde de la finance…

Tout lire