Quatre technologies de conduite autonome à surveiller

Auteur : 

jeudi 3 mai 2018

La conduite autonome a eu une couverture médiatique négative dernièrement, notamment en raison du tragique accident survenu aux États-Unis, qui marque le premier décès causé par un véhicule soi-disant entièrement autonome. Malgré tout, comme je le mentionnais dans un récent article de la série Horizons intitulé A Setback in the Move towards a Driverless World (en anglais seulement), il y a encore de bonnes raisons de croire que les technologies de conduite autonome vont apporter des avantages significatifs à la société à mesure qu’elles vont se raffiner.
Ainsi, nous continuons de surveiller de près les nombreuses innovations qui vont rendre possible la mise en marché de voitures autonomes, y compris les technologies de vision, de détection et télémétrie par la lumière (LIDAR), de cartographie et de connectivité.

1. Vision

Systèmes d’aide à la conduite qui contribuent à prévenir les accidents imminents en traitant l’information visuelle. Cette dernière inclut la détection d’objets (piétons et véhicules), la détection de voies, la reconnaissance de panneaux de signalisation et le contrôle des feux de route et de croisement.

2. LIDAR

Instrument de mesure qui sert à calculer la distance qui sépare le véhicule d’une cible au moyen d’un faisceau laser pulsé qui enregistre le temps écoulé entre les impulsions transmises et rétrodiffusées et qui utilise la vitesse de la lumière pour calculer la distance parcourue.

3. Cartographie

Cartes détaillées à haute définition qui produisent une représentation visuelle de l’environnement immédiat, y compris l’emplacement physique des trottoirs, des immeubles et des arbres, des panneaux de signalisation et des feux de circulation, et dictent à la voiture autonome comment se comporter, comme observer la limite de vitesse.

4. Connectivité

Plateformes informatiques qui décortiquent toutes les données recueillies par le capteur et déterminent le chemin le plus sûr en temps réel. Elles fonctionnent à l’aide d’un « enregistreur de données », semblable à la « boîte noire » d’un avion, qui enregistre des données pendant au moins 30 secondes avant une collision et nécessitent une plage de mémoire et de stockage à haute vitesse.

Même s’il faudra peut-être plusieurs années, voire des décennies, avant que les véhicules sans conducteur ne deviennent omniprésents, en se renseignant sur ces technologies et les sociétés qui les conçoivent, les investisseurs seront davantage en mesure de tirer parti de cette tendance à long terme.

Auteur :

Sam Mitter, MBA

Gestionnaire de portefeuille adjoint

Placements AGF Inc.


Tony Genua

Traduit de l'anglais.

D'autres articles semblables.

L’investissement factoriel dans le contexte de taux à la hausse

Les investisseurs peuvent s’attendre à des changements concernant les facteurs qui favoriseront le rendement au cours de prochaines années.

Tout lire

3 raisons de prendre son téléphone pour négocier en bourse

De nos jours, rares sont les opérations boursières qui obligent à s’entretenir avec un courtier….

Tout lire

Miser sur nos forces : Suggestion pour un capitalisme canadien propre

L’industrie canadienne des sables bitumineux subit des pressions croissantes pour accroître le rendement du capital…

Tout lire