Aperçus des marchés

Voici pourquoi les volumes de transaction sont remplis de bruits

Auteur : 

mardi 6 mars 2018

Télécharger l’article

Volume quotidien moyen – bruits = liquidité.

C’est une équation que vous ne trouverez pas dans le manuel d’un acheteur de titres ou dans un traité de finance, mais que les négociateurs sont forcés de résoudre régulièrement dans le contexte actuel du marché.

Une forte proportion de la négociation de titres est désormais effectuée d’un négociateur à haute fréquence (NHF) à un autre, et ce avec trop de rapidité pour que d’autres participants sur le marché puissent y prendre part. Le volume de ces opérations, que nous désignerons par le terme « bruits », a très peu à voir avec la véritable liquidité d’un titre, mieux définie comme se rapportant à ces actions qui changent de mains entre investisseurs prêts à acheter un titre dans l’intention de le conserver, au lieu de le revendre immédiatement.

Par exemple, le volume quotidien moyen d’un titre pourrait être de 200 000 actions par jour, mais la véritable représentation de sa liquidité se rapprocherait davantage de 100 000 actions par jour dès qu’on prend en considération les opérations des NHF. C’est une importante différence que tous les investisseurs doivent comprendre parce que la surestimation de la véritable liquidité d’un titre peut aboutir à une transaction plus difficile et à des coûts potentiellement plus élevés. Les transactions portant sur de grands volumes d’actions, en particulier, peuvent être exécutées en groupant des ordres de plusieurs lots à des prix en hausse au lieu d’être exécutées une seule fois au prix qui avait été prévu au départ.

La distinction entre les bruits et le volume total des transactions sur un titre, cependant, n’est pas une science exacte. Généralement parlant, les opérations d’un NHF auront des répercussions plus notables sur des volumes de transaction concernent les titres de sociétés à petite capitalisation, qui sont moins liquides, que sur ceux des titres de sociétés à grande capitalisation, qui sont plus liquides. Le volume quotidien moyen a également tendance à refléter plus fidèlement la liquidité en périodes de volatilité accrue parce que les NHF se tiennent d’ordinaire éloignés des marchés durant les périodes mouvementées.

Un négociateur expérimenté, en revanche, peut être en mesure de repérer certains bruits en se renseignant sur les courtiers qui ont des NHF opérant sur leur plateforme, et en suivant le déroulement des opérations qui proviennent de ces NHF. Cette démarche est plus facile à suivre au Canada, où chaque courtier possède un numéro d’inscription unique, mais cela se résume souvent à la capacité du négociateur à interpréter les signes particuliers d’une négociation à haute fréquence (c’est-à-dire l’évolution de l’écart entre les cours acheteur et vendeur) qu’il ou elle a appris à détecter au fil du temps.

Même s’il peut s’avérer difficile de quantifier avec exactitude les bruits dans le volume de transaction sur un titre, le fait de savoir que cet élément existe peut vous aider à vous faire une meilleure idée de la liquidité et faire en sorte que les futures transactions soient effectuées plus rondement.

John Christofilos est vice-président principal et chef du bureau des négociations à Placements AGF Inc. Il contribue régulièrement à Perspectives AGF.

Les commentaires que renferme ce document sont fournis à titre de renseignements d’ordre général basés sur des informations disponibles le 6 février 2018 et ne devraient pas être considérés comme des conseils personnels en matière de placement, une offre ou une sollicitation d’achat ou de vente de valeurs mobilières. Nous avons pris toutes les mesures nécessaires pour nous assurer de l’exactitude de ces commentaires au moment de leur publication, mais elle n’est pas garantie. Les conditions du marché peuvent changer et le gestionnaire de portefeuille n’accepte aucune responsabilité pour des décisions de placement prises par des individus et découlant de l’utilisation ou sur la foi des renseignements contenus dans le présent document. Tout investisseur devrait consulter un spécialiste avant de prendre toute décision d’investissement.
Placements AGF est un groupe de filiales en propriété exclusive de La Société de Gestion AGF Limitée, un émetteur assujetti au Canada. Les filiales faisant partie de Placements AGF sont Placements AGF Inc. (« PAGFI »), AGF Investments America Inc. (« AGFA »), AGF Asset Management (Asia) Limited (« AGF AM Asia ») et AGF International Advisors Company Limited (« AGFIA »). AGFA est inscrite aux États-Unis à titre de conseiller. PAGFI est inscrite à titre de gestionnaire de portefeuille auprès des commissions de valeurs mobilières canadiennes. AGFIA est réglementée par la Central Bank of Ireland et est inscrite auprès de l’Australian Securities & Investments Commission. AGF AM Asia est inscrite à Singapour à titre de gestionnaire de portefeuille. Les filiales faisant partie de Placements AGF gèrent plusieurs mandats comprenant des actions, des titres à revenu fixe et des éléments d’actif équilibrés.

Au sujet de La Société de Gestion AGF Limitée

ondée en 1957, La Société de Gestion AGF Limitée (AGF) est une société indépendante de gestion de placements diversifiés à l’échelle mondiale. AGF apporte de la discipline en offrant l’excellence en matière de gestion de placements par l’entremise de ses volets axés sur des activités fondamentales et quantitatives de même que sur des actifs non traditionnels et des avoirs de particuliers bien nantis, afin de procurer une expérience exceptionnelle à la clientèle. La gamme de solutions d’investissement d’AGF s’étend à l’échelle mondiale à une vaste clientèle, depuis les conseillers financiers jusqu’aux investisseurs particuliers et aux investisseurs institutionnels comprenant des caisses de retraite, des programmes d’entreprise, des fonds souverains, des fonds de dotation et des fondations.

Pour de plus amples renseignements, veuillez visiter AGF.com.

Ⓒ 2018 La Société de Gestion AGF Limitée. Tous droits réservés.

Auteur :

John Christofilos

Vice-président principal, Chef du bureau des négociations

La Société de Gestion AGF Limitée.

Traduit de l'anglais.

D'autres articles semblables.

L’alphabet des actions chinoises

Voici quelques-unes des principales catégories d’actions chinoises.

Tout lire

Trois raisons de considérer les obligations convertibles

Nous pensons que les obligations convertibles sont une composante précieuse d’un portefeuille équilibré et peuvent aider les investisseurs à atténuer les risques liés à des taux élevés.

Tout lire

Trois leçons à retenir après un an de service

La gestionnaire de portefeuille principale pour les stratégies de marchés émergents d’AGF traite de certaines des décisions importantes qu’elle a prises pendant sa première année à AGF.

Tout lire