Votre plan de retraite repose-t-il sur votre bien immobilier?

Auteur : Choix judicieux

mercredi 18 juillet 2018


L’article ci-dessous concerne les investisseurs canadiens uniquement.


Dans une nouvelle série d’articles, nous allons voir que l’investissement dans l’immobilier plutôt que dans des actions n’est pas un choix aussi simple qu’on pourrait le croire. Aujourd’hui, nous examinons les risques potentiels que vous courez si vous décidez d’utiliser votre logement aux fins de financement de votre retraite.

Étant donné l’envolée des prix de l’immobilier et la hausse du budget mensuel alloué au paiement hypothécaire, on peut comprendre que des Canadiens aient pris la décision de financer leur retraite au moyen de leur logement.

But what else do you need to take into account?

N° 1 – L’endettement du ménage

Pour pouvoir financer votre retraite au moyen de votre bien immobilier, il faut que vous ayez fini de le payer. Or, un récent sondage révèle que 20 % des retraités canadiens continuent de rembourser leur hypothèque3. Posez-vous la question suivante : comment pourrez-vous assumer ces paiements si votre revenu diminue?

N° 2 – Les solutions permettant de libérer votre capital 

Êtes-vous prêt à vendre votre maison pour toucher l’argent que vous y avez investi? Nombre de retraités s’en sentent incapables, en raison de la valeur sentimentale qu’ils y attachent ou de leur désir de la léguer à un proche.

Si vous souhaitez récupérer suffisamment de fonds pour financer votre retraite, vous devrez peut-être opter pour un logement plus petit, voire pour un quartier plus abordable, potentiellement loin de votre lieu de résidence actuel. Si vous prévoyez de déménager, n’oubliez pas de prendre en compte les frais de transaction, y compris les commissions immobilières, les frais juridiques, les droits de cession immobilière et les dépenses liées à un déménagement.

Envisagez un emprunt hypothécaire inversé, en pesant le pour et le contre. Celui-ci pourrait vous aider à libérer une partie de votre capital immobilier, mais lisez attentivement toutes les notes du contrat. Rappelez-vous que son coût est plus élevé que celui d’un emprunt classique et que vous ne serez peut-être pas en mesure de léguer votre bien immobilier ni de transférer cet emprunt à quelqu’un d’autre.

N° 3 – Le moment

En 2017, la chute des prix du pétrole a eu des répercussions sur la valeur de l’immobilier en Alberta, et en mars de la même année, on comptait plus de 2 000 maisons et condos vacants à Calgary, un record4! Les préretraités ont dû s’armer de patience et peut-être certains n’ont-ils pas reçu le prix qu’ils espéraient obtenir.

Il ne s’agit pas d’une situation exceptionnelle. Le marché immobilier connaît une accalmie généralisée dans la majeure partie du pays. Les ventes des maisons existantes ont ralenti chaque mois depuis le début de l’année, tombant à leur plus bas niveau depuis cinq ans. Vancouver et Toronto ont enregistré les baisses les plus importantes, soit de 35 % et de 23 % respectivement. La hausse des taux d’intérêt, le durcissement des conditions d’accès à l’emprunt, l’application d’une taxe aux acheteurs étrangers et le prix excessif des logements sont autant de facteurs déterminants5.

N° 4 – La hausse probable des dépenses 

Les coûts des soins de santé peuvent vite s’accumuler. Votre couverture santé ne suffira peut-être pas à financer vos besoins supplémentaires en matière de soins et de logement.

Une maladie chronique ou aigüe qui restreint votre indépendance risque de peser sur vos finances. Parmi les éventuels coûts à prévoir figurent une résidence-services, une aide sanitaire ou une aide au service de soins personnels. Si vous décidez de rester dans votre maison, vous devrez peut-être y faire faire des travaux, par exemple en faisant poser des barres d’appui dans la salle de bain ou en aménageant un accès pour fauteuil roulant.

À vrai dire, votre logement pourrait bien devenir votre source de dépenses la plus importante, une fois à la retraite.


Consultez un conseiller financier pour vous aider à déterminer si vous devriez utiliser votre bien immobilier pour financer votre retraite.


1Source : BMO Groupe financier, janvier 2014, sondage effectué par Pollara auprès de Canadiens de 18 ans et plus, novembre 2013.
2Source : Investing As We Age, Bureau des investisseurs, Commission des valeurs mobilières de l’Ontario, 2017 (en anglais seulement).
3Source: Baromètre Financière Sun Life, février 2018.
4Source : http://business.financialpost.com/real-estate/property-post/calgary-awash-in-record-number-of-vacant-condos-and-houses-built-at-end-of-boom.
5Source: Canadian Housing Update: Climate Change, BMO Marchés des capitaux, 29 juin 2018 (en anglais seulement).
Le contenu de ce site Web est présenté à des fins d’illustration générale et d’éducation. Il n’est pas destiné à procurer des conseils personnalisés, notamment en matière d’investissement, de finance, de droit, de comptabilité, d’impôt ou de tout autre sujet. Veuillez consulter votre propre conseiller spécialisé en ce qui concerne votre situation personnelle.
© 2018 La Société de Gestion AGF Limitée. Tous droits réservés. Visitez https://perspectives.agf.com

D'autres articles semblables.

Que doit-on faire si le REEE n’est pas utilisé?

Rentrée scolaire : Vous avez certaines options, si le bénéficiaire n’entreprend pas d’études postsecondaires.

Tout lire

6 conseils pour enseigner les questions d’argent à vos enfants

Articles consacrés à la rentrée scolaire : quelques conseils pratiques pour enseigner la responsabilité financière.

Tout lire

Immeubles de placement ou portefeuille d’investissements : 5 facteurs à prendre en compte avant d’investir

Série sur l’investissement dans l’immobilier : 5 facteurs à prendre en compte avant d’opter pour un immeuble de placement ou un portefeuille d’investissements

Tout lire